Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Trahison familiale

Simone
Lever du soleil au pays du soleil levant... 27 juillet, Japon

Lever du soleil au pays du soleil levant... 27 juillet, Japon

le 28 juillet, 2021, Auvergne

 

( à la une des journaux, les jeux olympiques à Tokyo : à l’occasion bien entendu des tas d’émissions qui essaient d’expliquer aux français/européens, qui sont les japonais...je préfère ne pas voir ces émissions qui encouragent l’exotisme, surtout quand il s’agit d’un pays où j’ai de la famille : je connais trop les lieux communs qui se disent dans les analyses qui sont faites… quand je les mesure avec des gens en chair et en os que je connais et eux ne me paraissent pas si exotiques que ça… )

 

 

Trahison familiale

Marc 13: 12-13

 

Juste après avoir parlé de la possibilité de l’arrestation de ses disciples, Jésus fait mention d’un autre fait particulièrement troublant sur ces temps difficiles.

 

 

 

Le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant; les enfants se soulèveront contre leurs parents, et les feront mourir.

Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom, mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.


 

Jésus annonce la trahison au sein de la famille, le dernier rempart face aux forces hostiles qui se déchaînent autour de soi , les personnes sur lesquelles on devrait pouvoir le mieux compter, surtout dans une société traditionnelle où la solidarité familiale et les responsabilités encourues envers elles sont des fondamentaux. Ce que Jésus dit est profondément choquant : choquant, qu’un père dont le rôle est de protéger son enfant, le livre, plus choquant encore de voir des enfants tuer leurs parents… surtout quand on considère qu’honorer son père et sa mère fait partie des 10 commandements et que le non respect des parents peut encourir quelque fois la peine de mort ( « Si un homme a un fils révolté et rebelle qui n'obéit ni à son père ni à sa mère, et reste insensible aux corrections qu'ils lui infligent, ses parents se saisiront de lui et l'amèneront devant les responsables de la ville à la porte de leur cité. [...] Alors tous les hommes de sa ville lui jetteront des pierres, jusqu'à ce que mort s'ensuive »Deut.21:18-21)


 

C’est une véritable ignominie que décrit Jésus, où les personnes vers lesquelles on se tournerait naturellement, sont celles qui sont les plus dangereuses...tout ça « à cause de mon nom » Que Jésus puisse susciter une telle haine est a priori incompréhensible ( surtout quand on nous rabâche sur tous les tons que Dieu est amour) jusqu’au moment où ça arrive...


 

Et la deuxième remarque qui est pourtant une promesse, peut-être encore plus inquiétante : si celui qui tient le coup sera sauvé, qu’en sera-t-il de celui trop faible qui ne persévéra pas ?  Le texte ne le dit pas car ce n’est pas le sujet mais il est facile d'en imaginer la réponse....

 

( Mais heureusement pour nous empêcher de croire au pire et pour répondre à la question on a après, l’histoire du reniement de Pierre qui sera réhabilité sinon, on pourrait être désespéré...c’est pour cela que j’ai écrit cette ode à la lâcheté de Pierre https://simone-blog.org/2021/07/eloge-de-la-lachete.html)


 

En tous les cas, ce que décrit Jésus est ce dont font l’expérience beaucoup de personnes encore aujourd’hui, celles qui vivent dans un pays où pour des raisons politiques leurs communautés chrétiennes deviennent la cible de la répression et de la violence du pouvoir, et d’autres parce qu’elles décident de se convertir au christianisme et ce faisant suscitent la colère des leurs se rendant coupable du crime d’apostasie qui est passible de la peine de mort dans certains lieux


 

Pour ceux-là la trahison familiale est particulièrement douloureuse car souvent ceux qui les rejettent et les dénoncent croient faire le bien pensant qu’ils se sont égarés et doivent être remis dans le droit chemin (le témoignage d’un persécuteur converti, Paul en est une parfaite illustration). Les livres d’histoire regorgent de ces conflits religieux et si à l’heure qu’il est les musulmans font la une des journaux pour les atrocité commises, il n’ont jamais été les seuls. Dans les époques troublées où une société se sent menacée dans son existence, tout est permis au nom de la loyauté que l’on doit envers sa nation ou sa tribu et tout acte qui semble remettre en cause l’hégémonie et la cohésion du groupe face à un ennemi réel ou imaginé est vu comme une trahison…


 

Il est important de noter bien ici qu’il s’agit d’une description, d’une constatation de ce qui se passe dans un contexte de persécution et que cette rupture familiale est une conséquence du fait qu'ils aient décidé de suivre Jésus mais n’est ni leur choix, ni leur désir, et encore moins la volonté de Dieu!. C’est en quelque sorte une manière de Jésus de les déculpabiliser de ce rejet de la part de leur famille. (elle ne peut servir de prétexte à ceux qui rejettent leurs familles après leur conversion) car ce sont les disciples qui sont les victimes et non pas les protagonistes de la rupture et du désaveu. Il n’y a pas d’incitation faite aux disciples de se révolter contre les membres de leurs familles qui les désapprouveraient , mais un avertissement qu’ils seront rejetés par ceux avec lesquels ils ont des liens naturels les plus étroits!


 

En réalité, à y penser,  Jésus réitère ce qu’il a dit avant quand sa famille le cherchait au début de son ministère car ils croyaient qu’il était fou, et les paroles qu’il avait prononcé envers eux semblaient assez cruelles à ce moment là :


 

«  La foule était assise autour de lui, et on lui dit: Voici, ta mère et tes frères sont dehors et te demandent. Et il répondit: Qui est ma mère, et qui sont mes frères? Puis, jetant les regards sur ceux qui étaient assis tout autour de lui: Voici, dit-il, ma mère et mes frères.… Car, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, et ma mère. 


 

En redéfinissant les contours de la famille, Jésus les préparait à la trahison de ceux avec lesquels ils avaient des liens du sang. Les disciples qui suivent Jésus au risque d’être renié par leur famille doivent braver un tabou, un interdit, celui de désobéir au groupe et cette désobéissance peut leur coûter la vie : c’est à ce moment-là que reviennent à l’esprit toutes ses exigences qui font peur et sur lesquelles on n’aime pas s’attarder, où Jésus prévient ceux qui veulent le suivre des risques qu’ils prennent et que contrairement aux prédicateurs qui font miroiter aux futurs adhérents les avantages de la foi, lui il les prévient des dangers qu’ils vont rencontrer…. pour les décourager de le suivre ? Plutôt pour ne pas les tromper !


 


 

* * *


 

Jésus, le défenseur de la famille, comme veulent le présenter certains partis politiques pour justifier des lois répressives, qui favorisent les nantis et pour soumettre les rebelles et les récalcitrants ? Certainement pas! ( la devise de Vichy, n’était-elle « travail, famille, patrie ») Mais Jésus pourfendeur de la famille ? Pas vrai non plus ! Il ne dit pas à ses disciples qu’ils doivent eux, livrer les membres de leur famille et les mettre à mort…Il nous montre les limites d’une conception idolâtre de la famille où tout est justifiable et justifié pour sauver l’honneur du clan...


 

Ça n’empêche que….


 

Que j’ai envie de passer à autre chose ! Ce texte, même s’il se veut encourageant n’est quand même pas très réjouissant… et il n’est pas encore fini ! Pourtant je ne peux pas le sauter et ignorer ce qu’il dit sous prétexte qu’à l’heure d’aujourd’hui je ne suis pas menacée et donc je ne me sens pas particulièrement concernée.


 

On n’aime pas lire ces paroles de Jésus, car on n’aime pas penser à ces époques sombres de l’histoire, ou à ces lieux de persécution, et puis surtout on ne voudrait pas vivre de tels moments… mais pour ceux qui vivent en plein dedans, ces paroles sont précieuses et encourageantes.


 

Il faudra donc m’accrocher...


 


 

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comments