Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Quand tout va trop vite....

Le 9 janvier 2018, Bogotá Colombie

Arrivée à 9 heures ce matin après une nuit dans le car, quand même pas très confortable. Un monde fou à la gare routière, une foule bigarrée de groupes familiaux avec leurs baluchons plutôt que des valises. Ce n'est pas l'avion alors, il y a beaucoup plus de paquets de toute sorte ficelés à la va-vite que de valises de marque samsonite.

 

Lieu propre avec des concessions de restauration rapide certaines de marque internationale(au moins un subway) mais beaucoup d'autres qui offrent une nourriture plus traditionnelle de voyages en car comme des fritures de toute sortes, des pains ronds «pan de queso » faits à la farine de mais, et toute sorte de pâtisseries sucrées qui ne gagneraient pas des concours de gastronomie ni de diététique...

Il y avait aussi des boutiques de vêtements à un étage supérieur mais à cette heure tardive elles étaient toutes fermées. On était encore à Medellín, alors lieu bien organisé et soigné qui ne ressemblait pas à un coupe gorge ce qui n'est pas toujours le cas quand il s'agit de desservir les populations les moins favorisées. Et c'est là que l'on peut parler du miracle de Medellín : la création d'une infra-structure à la pointe de la technologie pour les quartiers les plus pauvres.

 

Le plus impressionnant c'est le metrocable que l'on avait emprunté la veille avec un petit groupe familial du pasteur avec lequel on avait travaillé dans les années 70 et 80 et qu'on avait retrouvé avec une grande joie à l'église le matin... (même si manquaient à l'appel deux membres qui nous étaient chers, sa femme et son fils décédés tous les deux du cancer, le fils à l'âge de 12 ans...après que l'on soit partis)

 

Ce metrocable est une espèce de téléphérique qui permet de transporter les habitants des quartiers les plus pauvres situés sur les pentes abruptes des montagnes qui entourent la ville de Medellín et qui a été créé en 2004. L'organisation était impressionnante. On avait d'abord emprunté le métro car le metrocable comme son nom l'indique est relié au métro et le même billet de métro est valable pour l'utiliser.

 

Le métro lui-même était impressionnant, le seul en Colombie et qui n'a rien à envier à celui de Paris avec ses trains dernière génération, sa propreté et son service de sécurité. Nos amis nous ont dit qu'il était vraiment la fierté de ses habitants et que chacun se sentait responsable d'en prendre soin, Il a même dit qu' on pouvait retrouver sans problème un objet ou un paquet que l'on avait oublié car il était rendu à un service spécial du métro et dans un pays qui a la réputation d'avoir les voleurs les plus astucieux d'Amérique latine, j'ai quand même du mal à y croire mais c'est un pasteur qui me l'a dit alors...

 

Une anecdote amusante pour moi qui illustre un peu cela : alors qu'on attendait l'arrivée du métro, un vendeur ambulant s'est assis avec un grand plat de pan de queso juste à côté de ma petite-fille de 2 ans qui a en a tout de suite réclamé un. « que pena mi amor (quel dommage..) lui a-t-il dit mais il ne pouvait pas lui en donner car la vente ambulante est interdite dans le métro, ce qui certainement contribue à sa propreté.

 

Toujours est-il que....toujours est-il qu'il est 23 heures passées, et je n'arriverai pas à terminer

 

Le mercredi 10 janvier 2018, Bogotà Colombie,

Tout va trop vite : je me remets à peine de notre séjour à Medellín et hier soir à Bogotá on s'est retrouvé dans le même train dans lequel on avait été prix d'assaut par un groupe de guerillero en 1985 ( le M19, pas la FARC) et qui a été mémorable pour un certain nombres de raisons évidentes et d'autres moins...et qui était transformé en train de Noël avec des musiciens qui passaient dans les wagons ( au lieu de guerilleros armés de kalachnikov), dans un wagon plein de familles colombiennes toutes générations confondues et où on a chanté à tue-tête des chansons traditionnelles colombiennes, entre chants de Noël, rancheras, et comptines....et bien entendu tout cela en espagnol que j'essaie de retranscrire maintenant en français.....Du train de la guerre au train de la paix.....il y a de quoi être ému...

 

Je sais qu'il me faudra prendre du temps plus tard pour remettre tout en ordre dans ma tête mais surtout pour discerner au milieu de cette cacophonie de voix où le passé se mêle au présent, où il faut s'occuper de l'immédiateté d'aujourd'hui et de ces challenges...la voix de Dieu... J'ai hâte de le faire mais ce n'est pas encore le moment...il faut vivre au jour le jour et écrire des notes à la volée qui sont cesse interrompues par l'imprévisible et l'imprévu.

 

J'accepte donc l'incomplétude d'aujourd'hui en envoyant ce texte, qui aurait besoin d'être émondé, relu et corrigé,

Comme notre vie de tous les jours...

( et je sais aussi que Dieu accepte mes prières faites à la volée quand je ne peux pas en faire plus)

https://es.wikipedia.org/wiki/Metrocable_(Medell%C3%ADn)

https://www.youtube.com/watch?v=NPqozuW967o

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments