Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Ainsi va la vie...

Simone
Exécutions de collaborateurs présumés après la guerre de 1940

Exécutions de collaborateurs présumés après la guerre de 1940

Le 11 octobre, 2022, Auvergne

 

En vrac,

 

Bientôt, je retraverserai l’Atlantique…

 

Pendant ces mois qui viennent de passer, j’ai lu mais sans m’y attarder les nombreux sujets qui occupent l’actualité et ce n’est pas réjouissant : le même langage outrancier pour parler des polémiques sur l’avortement, les armes à feu, l’immigration etc...mais des polémiques il y en a toujours, ce qui est différent cette fois-ci est que  c’est le socle démocratique de ce pays qui semble être remis en cause et ça c’est vraiment inquiétant... On s’était imaginé après chaque découverte d’escroquerie ou d’abus de pouvoir ou plutôt même de négligence grossière, que Trump serait mis hors d'état de nuire, mais c’est comme ‘hydre de la mythologie grecque' chaque fois qu’on lui coupe une tête elle repousse. … Qui sera cet Hercule, cet héros qui pourra y mettre fin ? Liz Cheney semble s’y être cassé les dents ,  mais elle n’a peut-être pas dit son dernier mot...

 

La grandeur et la faibless du système démocratique c’est que la majorité fait la loi… et si cette majorité (celle qui est autorisée à voter) veut une autocratie qui impose ses valeurs, qu’est-ce qu’on peut faire ? Et quand ce désir d’autocratie est présenté sous les atours de la théocratie, c’est pire encore et c’est surtout ça qui me désole...l’instrumentalisation de la foi chrétienne qui fonctionne à fond...

 

En réalité cette volonté de la majorité est un peu une illusion car en fait ce sont des groupes de pression minoritaires (bien financés) qui influencent le vote de la majorité : les mouvements de masse sont rarement spontanés et pour qu’ils puissent aboutir, il faut à un moment donné qu’il y ait des liders qui puissent les diriger, les canaliser et les organiser. En tout cas, je me demande si un jour, on verra la naissance d’un troisième parti aux États Unis : difficile dans un pays aussi grand fait de 50 Etats où il faudrait créer des structures qui puissent s’ancrer dans des réalités locales de chacun d’entre eux…

 

 

* * *

 

Évidemment et malheureusement comme prévu, la vengeance du prince humilié ne s’est pas faite attendre : des missiles ont frappé les grandes cités de l’Ukraine… la guerre continue de plus belle..

 

 

* * *

 

 

Les belles journées d’automne sont une joie et je m’émerveille...et aussi je m’étonne que je n’avais jamais remarqué la beauté de la nature autour de moi, surtout celle du ciel et de la nuit étoilée...Sur quelle planète est-ce que je vivais avant ? Était-ce parce que j’avais le nez sur le guidon, ou que je vivais au milieu des grandes villes, fascinée ( aveuglée?) par les lumières artificielles, les faits et gestes des êtres humains, y compris moi-même... mais aussi parce que j’avais le nez dans les livres ? Maintenant, jour après jour, je remarque que la beauté de la nature est une constante et si elle est éphémère, comme les herbes des champs qui aujourd’hui sont là et demain seront fauchées, elle se renouvelle … elle donne toujours à voir….

 

* * *

 

Je dois avouer quand même, que c’est toujours un immense plaisir de lire un texte bien écrit...en quelque langue que ce soit. Un article bien ficelé, bien informé, bien recherché, sans formules emporte-pièce, j’ai envie de dire, écrit en toute humilité, par goût du métier, ( je viens de recevoir le dernier numéro du journal en anglais « the Atlantic » ) et c'est un vrai délice que de le lire)

 

En même temps, m’attend sur mon bureau, un roman que j’appréhende de commencer à lire parce que je sais qu’il va me replonger dans un monde que j’ai quitté et j’ai peur qu’il me fasse revivre un passé révolu. Chaque fois que j’ai dû partir d’un pays, je ne me suis pas autorisée à m’épancher sur le fait que je ne reverrai peut-être plus jamais ces personnes avec lesquelles j’avais tant partagé. L’adage partir c’est mourir un peu est une réalité que j’ai vécu de nombreuses fois et dont j’ai essayé de minimiser l’impact en me concentrant sur le présent...Le roman d’Abdourahman

Waberi que j’ai acheté avec enthousisame,, Dis moi  pour qui j'existe ( parce que je sais qu’il est un bon écrivain) et qui se déroule à Djibouti attendra encore…

 

* * *

 

De nouveau la guerre mais ça m’a fait froid dans le dos de voir des soldats ukrainiens faire la chasse aux collaborateurs russes dans les territoires libérés et d’entendre l’homme interrogé se défendre qu’il n’avait pas eu le choix…

 

Une des phases les plus horribles de la guerre : vengeance du vainqueur…mort au vaincu !

 

C’est dans des situations comme celle-là que l’exhortation de Jésus de bénir ses ennemis prend tout son sens : seul moyen d’arrêter la spirale de violence…

 

* * *

 

Aujourd’hui, mercredi, nouvelle journée, nouvelles joies, nouveaux défis et pour y faire face, me reviennent ces quelques lignes tirées du chant de Felix Sylvain :

 

« tu es là au coeur de nos vies et c’est toi qui nous fais vivre»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comments