Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

La lumière luit dans les ténèbres, mais laquelle?

Simone
La lumière luit dans les ténèbres, mais laquelle?

1er juin 2022, Auvergne


 

(La nature est toujours aussi belle : nos roses rouges ont fini par éclore)


 

Jean 1 : 5


 

La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue (LSG protestante)

ou/ne l’ont pas arrêtée (AELF catholique)

ou/ ne l’ont point étouffée…(BDS protestante)

 

 

Le verre à moitié vide ou à moitié plein ?

 

Il a fallu que je consulte pour comprendre comment se faisait-il qu’il y avait  des rendus tellement différents de la deuxième partie de cette phrase…. dans les différentes langues:  je me souvenais particulièrement de celle en espagnol que je connaissais par coeur et qui dit « las tinieblas no prevalecieron contra ella ».  Ce qui n’est pas du tout la même chose que « ne l’ont point reçue »! L’une a l’air de dire que les ténèbres ont gagné qu'elles étaient plus fortes et l’autre qu’au contraire elles ont perdu...elles n’ont pas pu empêcher à la lumière de rayonner.

 

En fait, cette fois-ci, il n’y avait pas des traductions protestantes d’un côté et des traductions catholiques de l’autre...surtout si on examine les traductions en anglais… Alors évidemment, si on fait une étude un peu poussée on se rend compte que certaines traductions sont faites directement à partir du texte grec alors que d’autres ont utilisé comme base une traduction faite d’une langue semblable à la leur, ou pour compliquer les choses, ont pris la version ancienne latine de la vulgate comme base…d’où les différentes traductions dans les différentes langues…

 

 

Mais en fin de compte, j’ai appris que le sens du mot grec permettait les deux traductions et que certains choisissaient « ne l’on point reçue » car elle correspondait à l’idée exprimée plus loin dans le texte que «  le monde ne l’a point connue » plutôt que ne « l’ont pas étouffée/arrêtée »...

 

Impossible en réalité de savoir quelle était l’intention de l’auteur en choisissant ce terme… que voulait- il exprimer ? Voulait-il insister sur le fait que Jésus, avait ressuscité et que sa lumière ne s'était pas éteinte ou plutôt que c'était une honte que les siens ne l'aient pas reçu?

 

La connaissance même très pointue du grec n’est pas suffisante pour les départager car le sens d'une phrase ne vient pas simplement de la somme des mots qui la composent...mais toujours est-il que l’on se retrouve quand même, non pas simplement avec deux traductions différentes mais deux interprétations sous guise de traduction ...Sont- elles contradictoires ? Y a-t-il des retombées différentes théologiquement parlant si on choisit plutôt l’une que l’autre?

 

Finalement, ma réaction est de penser que c'est une question de savoir si en fait, on est optimiste ou pessimiste, si on veut insister sur le triomphe de la lumière et se réjouir ou au contraire sur le rejet des ténèbres et s’attrister... ( les deux réalités sont vraies mais à différents moments de l'histoire de Jésus)

 

En tout cas personnellement parlant, j’ai choisi mon camp : je préfère l’idée que l’on ne peut pas éteindre la lumière du Christ et qu’elle continue à briller dans les ténèbres...aussi épaisses soient-elles ! C’est ça qui m’encourage quand je regarde autour de moi et lis les dernières déclarations mensongères….du lobby des armes entre autres...après ce nouveau massacre d’enfants dans une école du Texas…

 

Sur un texte aussi beau que celui-ci qui contraste la lumière avec les ténèbres, c’est un peu dommage quand même de devoir passer du temps sur une discussion de ses différents traductions et de leur signification, surtout que ça dure depuis tellement longtemps et ça continue à susciter des polémiques...ce qui compte, après tout c’est cette affirmation succincte mais magnifique

 

La lumière luit dans les ténèbres

 

Et cette lumière du Christ, on en a tellement besoin!

 

En plus, comme Pentecôte est presque là, c'est le moment idéal pour demander de la recevoir pour y voir clair…

 

( et aussi pour qu'elle nous délivre des ténèbres de tous les feux follets de la fausse lumière: incroyable tous ces sites internet de guérisseurs, gourous et medium qui vous promettent de vivre dans la lumière)

 

N.B. Deux livres que je consulte pour cette étude:

Word Biblical Commentary, volume 36, John George R. Beasley-Murray (1987)

The Gospel of John, William Hendriksen (1959, edition 1987)

J'aurais l'occasion de citer des articles de revues accessibles en ligne

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comments