Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Évangile de Jean: une étude à reculons

Simone
Head-piece_and_incipit_for_the_Gospel_of_St._John,_Walters_Manuscript_W.540,_fol._202r

Head-piece_and_incipit_for_the_Gospel_of_St._John,_Walters_Manuscript_W.540,_fol._202r

Samedi 7 mai 2022, Auvergne,

 

Voilà, j’ai bien fini ma lecture et redécouverte de Jésus dans l’évangile de Marc. Le parcours en a valu la peine car il m’a permis de jeter un regard sur le Jésus qui a foulé la terre de Palestine il y a deux mille ans : il me l’a rendu réel, vivant, authentique pour ne pas dire historique. Surtout, ce que j’ai apprécié c’est que l’auteur qui nous le présente, le tient à bout de bras : il respecte son intimité et ne nous permet de nous approcher de lui véritablement qu’une seule fois dans le jardin de Gethsemani… Pour le reste, ses faits et gestes, ses échanges avec les gens qu’il rencontre, nous montrent qui il est sans que lui, Jésus ne nous le dise directement  : il est totalement décentré presque indifférent à la question de son identité tellement il est absorbé par sa mission … c’est à nous de le découvrir en le suivant, au pas de course... On ne se sent pas obligé de le faire entrer dans un carcan théologique ou philosophique, face à lui, on est totalement libre de se positionner.

 

Mais voilà, on ne peut pas ignorer qu’il y a un autre regard, plus intime celui-là, qui est celui de l’évangile de Jean et ce serait malhonnête de ma part de refuser de l’étudier même si a priori, je n’en ai pas beaucoup envie… Il y eut une époque où on le disait écrit plus tardif et donc moins historique ( il semble que certains ces dernières années ont remis en cause cette opinion) et présentant un Jésus régurgité, celui que l’on voit sur les images pieuses, avec un coeur rouge sanguinolent plaqué sur la poitrine ou dans sa version d’objet kitsch que l’on trouve dans la devanture de certaines boutiques.

 

En fait, je ne sais pas pourquoi mais c’est cette image qu’évoque pour moi l’évangile de Jean, une image d’un être dont les pieds frôlent à peine la terre et qui n’existe pas dans le monde rêche et rugueux dans lequel on vit et on doit se débattre. Je crains que l’évangile de Jean ne me fasse  perdre de vue le Jésus que Marc nous fait voir et qui lui par contre s’inscrit parfaitement dans une expérience de vie humaine.

 

Mais bien sûr, je sais que l’impression globale que j’ai de cet évangile est fausse et que je dois la corriger : je ne peux pas faire l’impasse sur un texte qui a une si grande valeur ne serait-ce que littéraire et a nourri la foi de tellement de croyants. Il faut que je le lise et l’étudie plus à fond pour me débarrasser de toutes ses fausses images et ses représentations pieuses qui y sont attachées, de toutes ces théologies et ces constructions humaines qui ont servi de base à un mysticisme de mauvais aloi et à des polémiques sans fin… ou carrément à un gnosticisme qui a trouvé dans ce texte un bois suffisamment abondant pour alimenter son feu et qui aujourd'hui trouve un regain d'intérêt : du new age, à l’orientalisme, aux sciences ésotériques, sans oublier la franc-maçonnerie…

 

 

Il faut que j’essaie d’effacer de ma mémoire et de mon expérience ce Jésus mielleux qui conduit à des extases mystiques, avec lequel on échange des regards langoureux et un vocabulaire amoureux qui est intimement mêlé pour moi à celui dont parle toutes ces femmes « saintes et vierges » ( les deux étant toujours étroitement liés) isolées du monde que l’on nous donnait en exemple mais que je ne voulais surtout pas imiter….

 

 

Bref, me voilà donc au seuil d’une nouvelle étude, après avoir essayé d’analyser le mieux possible les « raisons » ( qui sont tout sauf raisonnables) de mes réticences et mes préjugés que j'expose ici... Qui vivra verra...

 

Une nouvelle aventure, en tout cas !

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comments