Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Auschwitz et nous

Simone
Tableau du peintre Olère juif français originaire de Pologne.  Arrêté en 1943, envoyé à Auschwitz,  préposé au four crématoire et aux chambres à gaz. Les dix-huit toiles du peintre mort en 1985 en France à 83 ans, se trouvent dans le Musée d'Auschwitz  https://koide9enisrael.blogspot.com/2017/09/les-tableaux-du-peintre-juif-dauschwitz.html

Tableau du peintre Olère juif français originaire de Pologne. Arrêté en 1943, envoyé à Auschwitz, préposé au four crématoire et aux chambres à gaz. Les dix-huit toiles du peintre mort en 1985 en France à 83 ans, se trouvent dans le Musée d'Auschwitz https://koide9enisrael.blogspot.com/2017/09/les-tableaux-du-peintre-juif-dauschwitz.html

jeudi 27 janvier, Virginie 2022

 

aujourd’hui, il y a 77 ans….  libération du camp d’Auschwitz…

 

 

Qu’est-ce que l’homme : un monstre ?

 

Le peuple juif a survécu,

 

malgré la solution finale, cette volonté féroce de leur anéantissement

 

( ce n’était pas la première fois que se manifestait une telle volonté...le pharaon avec l’ordre de tuer tous les enfants mâles à leur naissance...sachant que dans cette civilisation les enfants appartenaient au peuple du père et pas de la mère… donc, les femmes elles, on pouvait les garder, elles feraient des enfants pour le peuple du vainqueur… Ce n’est semble-t-il qu’après la deuxième destruction du temple de Jérusalem en 70 que les rabbins ont décidé que les enfants d’une mère juive pouvaient être juifs car beaucoup avaient été violées par les romains ou étaient devenue veuves...pour une opinion sur ce thème….https://massorti.com/Est-on-juif-par-sa-mer:

 

ils ont donc perdu les ennemis du peuple juif mais à quel prix après tant de souffrance et tant de morts !

 

 

il y a une impénétrabilité fondamentale, un mystère incompréhensible ( pour nous qui ne le sommes pas) dans la relation entre Dieu et son peuple, une relation sur laquelle, nous qui n’en faisons pas partie n’avons pas le droit de discourir… Il y a toutes ces questions que pose Job à Dieu sur l’injustice de sa souffrance et pour toute réponse, les questions que Dieu lui pose à son tour…. Questions sans réponses….

 

( je pense à la chanson de Bob Dylan… the answer my friend is blowing in the wind)

 

 

Mais cette incompréhension première, cette impénétrabilité fondamentale, elle s’étend à tout le genre humain : comment est-il possible que le genre humain, auquel nous appartenons soit capable de tant de barbarie, de tant de cruauté, d’une volonté aussi profonde d’éliminer l’Autre… avec un A majuscule puisqu’il s’agit d’une peuple tout entier? Il y en eu d’autres génocides dans l’histoire,,, ce n’est malheureusement pas une anomalie.... même si la Shoah est unique par son ampleur et les moyens déployés pour l'exécuter !

 

Comment est-ce possible ?

 

Ce n’est pas la question de Dieu qu’Auschwitz pose d’abord, c’est la question du genre humain …

 

Qui sommes nous ?

 

Ayons le courage de nous poser la question et de nous regarder en face...

 

(Sans faire de l’existence de Dieu un alibi ou carrément un bouc émissaire, en le blâmant pour nos fautes, ce serait trop facile!)

 

 

Des images inoubliables

 

 

Toute mon enfance et mon adolescence est remplie de ces images en noir et blanc de ces files de familles juives, enfants, parents, grand-parents, oncles et tantes, bousculés, poussés par des hommes en uniforme, les armes à la main , qui les conduisaient vers un destin qu’ils ne connaissaient pas et que nous qui regardions ces images savions que c’était une mort certaine  dans les camps et leurs chambres à gaz…. Et surtout ces images de trains, de fourgons où ils étaient entassés et que l’on refermait sur eux comme des tombeaux ambulants où leurs cris désespérés cessaient peu à peu de se faire entendre…  ce trains.traversant dans la nuit des paysages de campagne glacée et de villages silencieux ...

 

Et puis aussi ces quelques héros, trop peu nombreux sans doute, au courage hors pair, mus par on ne sait quelle passion, qui essayaient de les sauver… .mais se faisaient abattre à leur tour….

 

(Et dont moi, je j’imaginais faire partie…. Sauf que je ne mourrais pas, bien sûr !)

 

 

 

Et maintenant quoi ?

 

 

Heureusement la paix est revenue et on se dit après coup, que ce n’est pas possible, que ça n’a pas pu vraiment se passer, qu’ils ont dû inventer ça, que ça ne pouvait pas être si horrible … même ceux qui l’ont vécu ne veulent pas en parler…

 

Ces images moi pourtant, je ne les ai pas oubliées…

 

c’est cette épée de Damoclès qui a été suspendue au-dessus de chacun de nous, pendant des années…

 

et que l’on savait pouvoir nous tomber sur la tête à n’importe quel moment !

 

Mais le temps passe … et cette épée au-dessus de nos têtes, on l’oublie….

 

 

* * *

 

 

C’est pourquoi le son des bottes en Ukraine, m’affole… il réveille toutes ces peurs…

 

 

Être un instrument de paix, est le projet de toute une vie…

 

Combattre tout ce qui conduit à la guerre.

 

Est un devoir fondamental,

 

Ceux qui vivent sous les bombes et grossissent les files de réfugiés affamés qui partent sur les routes vous le diront,

 

la guerre c’est une horreur !

 

 

(Et pourtant…. comme c’est tentant de vouloir empoigner les armes à un moment donné de notre histoire pour des causes que l’on croit toujours justes…. comme c’est tentant ! Demandez-le à ces jeunes fougueux qui se portent volontaires dans toutes les armées du monde, régulières ou pas ... )

 

 

* * *

 

 

Plus jamais ça disent les survivants de la Shoah, plus jamais !

 

 

Amen, Amen devons nous tous répondre, à l’unisson !

 

 

 

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comments