Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Du sexe des anges ?

Simone
Le Dieu des champs de coquelicot

Le Dieu des champs de coquelicot

le 12 juin 2021,

 

"Je suis le Dieu des vivants""

 

C’est bientôt l’été mais c’est aussi le temps des coquelicots...ils sont vraiment magnifiques et on a envie d’en faire des bouquets...mais malheureusement ils ne tiennent pas : dès qu’ils sont cueillis ils meurent ! Et pourtant dit Jésus, Dieu les a habillés mieux que ne le seront jamais les grands de la terre, alors pourquoi vous préoccupez du lendemain…

 

 

Marc 12 : 18-25

 

 

Du sexe des anges ?

 

 

Tout le monde connaît l’histoire des discussions sur le sexe des anges...il a fallu que je me rafraîchisse la mémoire pour me rappeler des détails : on est à Constantinople en mai 1453, la ville est assiégée par les turcs et pendant ce temps -là les théologiens du moment discutent du sexe des anges….et évidemment la ville tombe entre leurs mains ( des turcs… pas des anges!)

 

Même si à l’époque, Jérusalem n’était pas assiégée ( elle était déjà tombée entre les mains des romains) la discussion qui suit dans cette partie du récit de l’évangéliste me fait penser à ces discussions oiseuses et futiles qui pourtant enthousiasment beaucoup et qui non seulement ne servent à rien mais pire encore détournent les gens de l’essentiel. Les auto-nommés théologiens sont les rois dans la matière, surtout pour ce qui à avoir avec la mort et l’au-delà (qui fascine car il restera toujours une part de mystère) et gare à celui qui ne croit pas exactement comme eux, il sera tout de suite mis dans la catégorie des hérétiques, cette catégorie qui perdure de nos jours même si on ne les brûle plus au bûcher. Mais rien de nouveau sous le soleil, les chrétiens d’aujourd’hui et d’hier ne sont ni les derniers ni les premiers à déblatérer sur des sujets stériles…

 

 

Les sadducéens, qui disent qu'il n'y a point de résurrection, vinrent auprès de Jésus, et lui firent cette question:

 

Maître, voici ce que Moïse nous a prescrit: Si le frère de quelqu'un meurt, et laisse une femme, sans avoir d'enfants, son frère épousera sa veuve, et suscitera une postérité à son frère.

 

Or, il y avait sept frères. Le premier se maria, et mourut sans laisser de postérité.

 

Le second prit la veuve pour femme, et mourut sans laisser de postérité. Il en fut de même du troisième,

 

et aucun des sept ne laissa de postérité. Après eux tous, la femme mourut aussi.

 

A la résurrection, duquel d'entre eux sera-t-elle la femme? Car les sept l'ont eue pour femme.

 

Jésus leur répondit: N'êtes-vous pas dans l'erreur, parce que vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu?

 

Car, à la résurrection des morts, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges dans les cieux.

 

Pour ce qui est de la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu, dans le livre de Moïse, ce que Dieu lui dit, à propos du buisson: Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob?

 

Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes grandement dans l'erreur.

 

 

Après avoir été incapables de faire tomber Jésus dans leurs pièges, venant à la suite des représentants des sacrificateurs, ce sont maintenant les sadducéens qui prennent la relève ( intéressante la note de l’évangéliste qui doit savoir que ses auditeurs/lecteurs ne savent pas qui ils sont et donc explique qu’ils ne croyaient pas en la résurrection ce qui permet aussi d’anticiper la mauvaise foi de la question ...une vraie note d’auteur ! ) Ils viennent non pas pour le piéger à proprement parler, cette fois-ci, mais se moquer de lui et de ses croyances (et celles des pharisiens en l’occurrence ) en utilisant un type d’argumentation qui ridiculise les idées d’autrui, en poussant leurs affirmations à des extrémités qui la rendent absurde.

 

Ça me fait penser à tous ces raisonnements nuls que l’on utilise pour prouver que Dieu ne peut pas exister et que s’il existe ile ne peut pas être Tout Puissant ! Ce qui me vient à l’esprit est celui qu’on entendait dire quand j’étais jeune... Si Dieu existe et est tout puissant alors pourrait-il créer un rocher tellement grand qu’il puisse l’écraser ?

 

(Maintenant que j’y repense, je me rends compte à quel point c’était bête mais je me souviens aussi à quel point ceux qui avançaient ce genre d’arguments se croyaient intelligents...bref… c’est du même ordre)

 

Pour mieux comprendre leur question et leur attitude, il faut se souvenir qu’ils faisaient partie, socialement parlant de l’aristocratie étant donné semble-t-il qu’il étaient considérés des descendants du grand prêtre, une appartenance à une caste religieuse certainement prestigieuse. Les détails qu’ils donnent en allant jusqu à 7, un chiffre symbolique montrent le plaisir qu’ils ont à présenter leur argumentation et ajoute au ton moqueur sur lequel est présenté leur question. Jésus les attaquent donc sur les deux fronts qui selon eux faisait leur grandeur.

 

(La réponse de Jésus, il faut le dire sur le fait qu’il n’y ait pas de mariage dans l’au-delà a donné lieu aussi à toutes dsortes d’interprétation :j’ai entendu citer ce texte par des gens qui voulaient à tout prix justifier un divorce arguant que comme il n’y aura pas de mariage dans l’au delà, donc le mariage ne compte pas, ni non plus la différence sexuelle )

 

Évidemment, le plus important, c’est la dernière remarque que Jésus fait sur Dieu, qui est d’une beauté à vous en coupler le souffle...à propos d’une question bidon, inutile et ridicule, il rappelle à ceux qui l’entoure qui est le Dieu d’Israël

 

Pour ce qui est de la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu, dans le livre de Moïse, ce que Dieu lui dit, à propos du buisson: Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob?

 

Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes grandement dans l'erreur.

 

 

Il cite directement la Torah et ce passage magnifique de la rencontre emblématique entre Dieu et Moise, où Dieu révèle qui il est . Jésus montre qu’il est un théologien de première classe et pas un homme ignare qui vient du petit patelin de Nazareth, mais qui est au niveau des érudits de la grande et prestigieuse ville de Jérusalem en les ramenant aux fondements de la religion juive… la nature de leur Dieu.

 

Chapeau !

 

Et il semble que parmi les spécialistes qui l’écoutaient, il y en au moins un qui a apprécié sa réponse ( un scribe nous dit-on) et qui va lui poser une autre question, pas pour le piéger ni non plus pour le mépriser ou se moquer de lui cette fois-ci, mais parce qu’il cherche à apprendre de cet homme qui a forcé son admiration….Et la discussion qui va suivre aura un ton très différent : elle sera un vrai dialogue un vrai échange entre deux personnes sincères et honnêtes …

 

Un des scribes, qui les avait entendus discuter, sachant que Jésus avait bien répondu aux sadducéens, s'approcha, et lui demanda: Quel est le premier de tous les commandements?

 

 

Cette fois-ci Jésus va se prêter au jeu sans arrière pensée et répondra directement à sa question...mais ce sera pour la prochaine fois...

 

 

 

* * *

 

 

Il y a beaucoup à apprendre de la méthode Jésus , pour ceux d’entre nous qui avons à défendre notre foi, qui sommes souvent interpellés pour nos croyances et qui nous nous trouvons volontairement ou involontairement engagés dans des discussions religieuses surtout avec des gens de religions différentes, ou de tradition chrétienne différente

 

L’essentiel semble-t-il est de pouvoir discerner l’intention de l’interlocuteur, ce qu’il y a derrière la question qu’il pose...y- a-t-il une recherche réelle de la vérité ou un désir de piéger et de polémiquer pour polémiquer ? Comment ne pas entrer dans des discussions vaines et inutiles et couper court à ces débats sans fin sur l’existence de Dieu ou la Trinité ( ou la question de Marie entre protestants et catholiques) ou de qui sera sauvé, mais surtout de qui ne le sera pas… comment ne pas se laisser piéger par ces discussions où l’on essaie de satisfaire son ego en voulant à tout prix convaincre à coup d’arguments plus ou moins valides son adversaire plutôt que de l aider à découvrir qui est Dieu ?

 

Jésus démontre que débattre, ce qu’il ne refuse pas de faire, est un art que lui manie avec brio parce qu’il ne met pas son ego au centre… Il va détourner ses interlocuteurs et ceux qui l’écoutent des discussions inutiles dans lequel on veut l’engager en les recentrant sur l’essentiel :

 

 

Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants.

 

Vous êtes grandement dans l'erreur. !

 

 

À ça, il n’y a rien à ajouter !

 

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comments