Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

La richesse: un piège

Simone
Bijoux de la tombe de Toutenkhamon, musée du Caire

Bijoux de la tombe de Toutenkhamon, musée du Caire

11 Mars 2021


 

Le thermomètre est monté jusqu’à 20 ! J’y crois vraiment maintenant au printemps...et l’idée du careme ne s’accorde pas avec l’ambiance de fête de la nature dehors


 

Marc 10 : 23-27

Jésus, regardant autour de lui, dit à ses disciples: Qu'il sera difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu! Les disciples furent étonnés de ce que Jésus parlait ainsi. Et, reprenant, il leur dit: Mes enfants, qu’il est difficile à ceux qui se confient dans les richesses d’entrer dans le royaume de Dieu! Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. Les disciples furent encore plus étonnés, et ils se dirent les uns aux autres: Et qui peut être sauvé?  Jésus les regarda, et dit: Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu: car car tout est possible à Dieu.

 


 

La leçon


 

La rencontre ratée avec le jeune homme riche ( on ne dit pas jeune dans l’évangile de Marc), a fini tristement. Mais l’épisode est loin d’être terminé car il est l’occasion pour Jésus de faire un commentaire sur ce qui vient de se passer et d’enseigner à ses disciples, une éthique qui continue à être exigeante, bien enracinée dans la situation concrète de cette rencontre qu’ils vivent dans la Palestine du 1er siècle.


 

Quand il s’agit d’enseignement, il est difficile pour nous de penser autrement que dans le cadre d’un univers statique, où un professeur fait un discours et face à lui se trouvent des étudiants qui l’écoutent attentivement. L’endroit où ils se trouvent apparaît être un lieu fermé, retiré de la vie réelle, un espace à part, séparé du monde dans lequel on vit et lutte au quotidien. Quand on en sort, on se retrouve dans une autre réalité où les leçons du professeur perdent de leur consistance et de leur pertinence ( les sermons aussi, bien souvent)


 

Dans cet évangile, les enseignements de Jésus se font en chemin et à l’occasion de rencontres ce qui leur enlève énormément le poids de vérités acérées sur des thèmes préparés à l’avance. Pas d’annonce du style « Aujourd’hui on va parler des problèmes de la richesse » Rien de tout cela ! Et c’est vraiment dommage que ce soit la manière dont on aborde les textes évangéliques en ajoutant souvent des titres pour les mettre à l’intérieur d’un cadre abstrait, artificiel d’un concept ou d’un thème. Ce n’est jamais comme ça que ça se passe dans la vie, en tout cas dans le texte de Marc.


 

On a un homme que l’on découvre avoir de grands biens et qui vient interroger Jésus sur le thème de la vie éternelle et celui-ci lui répond en lui proposant de devenir un de ses disciples : c’est seulement face à son refus que la leçon va être donnée, d'abord la réaction de Jésus qui va se désoler des effets de la richesse, ensuite la contastation qu’elle est un obstacle pour entrer dans le royaume de Dieu,


 

Jésus, regardant autour de lui, dit à ses disciples: Qu'il sera difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu!


 


 

la réaction des disciples


 

En un deuxième temps, on a la réaction des disciples qui certainement n’appartenaient pas à la même classe sociale que cet homme. Les disciples réagissent comme l’homme de la rue, qui aimerait être riche et vivre dans les conditions de vie privilégiées de celui que Jésus vient de rencontrer : comment se fait-il qu’il soit difficile d'avoir la vie éternelle pour lui qui est riche, lui pour qui tout est facile, lui qui peut tout acheter? Comment est-il possible qu’être riche puisse nous nuire ? Leur réaction est tout à fait plausible et cohérente comme l’a été celle de celui qui décide de ne pas suivre Jésus . Cette réaction de surprise elle est répétée deux fois...mettant en exergue le caractère inusuel des valeurs prônées par Jésus.


 

En ce qui concerne la question de la richesse, il n’y a pas dans la tradition du judaïsme un éloge de la pauvreté. On a cette attitude très sage que l’on trouve dans le livre de Proverbes :

 

Ne me donne ni pauvreté, ni richesse, Accorde-moi le pain qui m'est nécessaire. De peur que, dans l'abondance, je ne te renie Et ne dise: Qui est l'Eternel? Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, Et ne m'attaque au nom de mon Dieu.

 

Cependant, à l’époque de Jésus, les Esséniens préconisaient de vivre pauvrement et dans la secte juive d’ou nous viennent les documents du Qmran, il y avait aussi une éthique de pauvreté. L’idée n’est donc pas totalement nouvelle mais la réaction des disciples montre quand même qu’elle n’était pas monnaie courante en tout cas dans le milieu auquel appartenait les disciples.


 

Jésus comme il l’a fait avant pour la question du divorce, ne tempère pas ce qu'il vient de dire mais il redouble sur le thème en donnant l'illustration du chameau (le trou de l'aiguille étant une porte de la ville)


 

 Les disciples furent étonnés de ce que Jésus parlait ainsi. Et, reprenant, il leur dit: Mes enfants, qu’il est difficile à ceux qui se confient dans les richesses d’entrer dans le royaume de Dieu! Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. Les disciples furent encore plus étonnés, et ils se dirent les uns aux autres: Et qui peut être sauvé?  Jésus les regarda, et dit: Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu: car car tout est possible à Dieu.


 


 

Dans sa réponse Jésus explique la raison de cette difficulté quand il parle de « la confiance dans les richesses ». C’est la pierre de touche de son raisonnement : comme on l’a noté auparavant, quand on a tout, on n’a pas le sentiment d’avoir besoin de Dieu, on ne s’inquiète pas du lendemain mais surtout on a beaucoup à perdre quand poursuivre les valeurs du royaume de Dieu risque de mettre en danger ce que l’on a et dont on ne veut pas se séparer. On n’est pas libre de parler en vérité et d’agir avec intégrité si on a peur de confronter les personnes qui contrôlent nos ressources financières.

 

Il n’y a même pas besoin d’être spécialement chrétien pour le comprendre: à travers, l’histoire, il y a eu ces hommes et ces femmes qui ont tout risqué pour défendre le droit des autres. Accepter de renoncer à tous ses biens, n’est pas une condition propre à ceux qui veulent être disciples du Christ, car ici Jésus énonce un principe universel que connaissent ceux qui ont voulu « changer le monde » : pour réussir une révolution, il faut être prêt à tout donner.


 

Et comme l’histoire le démontrera, c’est grâce à la force de ce renoncement qui les conduira au martyre (et pas grâce au pouvoir de l’argent ni des armées), que ce petit groupe de disciples insignifiants fera que le message de Jésus deviendra l’église universelle qui inclut des millions de gens dans le monde entier aujourd’hui. Le miracle de l’expansion du christianisme est celui-là.


 

Malheureusement quand on étudie l’histoire du christianisme, on nous la raconte comme une succession de conquête militaires territoriales où l’évangélisation suit l’avancée des armées une conception fausse car c’est plutôt le contraire qui s’est passé. On oublie que sans ses hommes et ses femmes, ses premiers disciples ( et je ne veux pas dire que les 12 ) prêts à tout sacrifier comme Jésus le leur avait enseigné, le message de l’évangile serait tombé dans la désuétude. Les conquêtes militaires, elles sont venues bien après !


 

La richesse : un obstacle


 

La richesse, un obstacle, c’est ce que je retiens dans cet enseignement de Jésus : un obstacle parce son acquisition bouffe toute notre énergie au détriment de causes plus valables, un obstacle, parce qu’elle nous rend timoré et nous enseigne la peur de perdre la fausse sécurité qu’elle nous prodigue, un obstacle surtout, parce-qu’elle nous enlève la liberté de parole et d’action du prophète que nous sommes tous appelés à être à un moment donné de notre vie si nous décidons de le suivre.


 

Pour les disciples , le baptême par le feu a été l’arrestation de Jésus..... et le grand encouragement pour nous, c’est que s’ils n’ont pas été à la hauteur, à ce moment là,  ils le seront plus tard: avec Jésus on peut tomber et se relever, ou plutôt être relevé quand on accepte de prendre sa main qui nous est tendue.


 

Mais on en n’est pas encore là dans l’histoire…


 

P.S Qui sait si cet homme que Jésus a rencontré n’a pas plus tard décidé de faire le grand saut, on ne le sait pas … un beau sujet de roman pour ceux qui savent les écrire…

Article qui traite de l’attitude des Esséniens sur la pauvreté: Broshi, M. (2000). MATRIMONY AND POVERTY: JESUS AND THE ESSENES. Revue De Qumrân, 19(4 (76)), 629-634. Retrieved March 12, 2021, from http://www.jstor.org/stable/24662972

 


 

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comments