Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Talitha koumi :Lève-toi je te le dis

Simone
Lever de soleil sur le Kilimanjaro, mars 2014

Lever de soleil sur le Kilimanjaro, mars 2014


Le 24 juin 2020, Virginie

( L'Europe parle de fermer ses frontières aux États-Unis car les cas de Covid-19 continuent à augmenter...)

 

L'histoire de Jaïrus

Marc 5: 22-24; 35-43

 

Alors vint un des chefs de la synagogue, nommé Jaïrus, qui, l'ayant aperçu, se jeta à ses pieds,
et lui adressa cette instante prière: Ma petite fille est à l'extrémité, viens, impose-lui les mains, afin qu'elle soit sauvée et qu'elle vive.
 Jésus s'en alla avec lui. Et une grande foule le suivait et le pressait.
[.  .  . ]
Comme il parlait encore, survinrent de chez le chef de la synagogue des gens qui dirent: Ta fille est morte; pourquoi importuner davantage le maître?
Mais Jésus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la synagogue: Ne crains pas, crois seulement.
Et il ne permit à personne de l'accompagner, si ce n'est à Pierre, à Jacques, et à Jean, frère de Jacques.
Ils arrivèrent à la maison du chef de la synagogue, où Jésus vit une foule bruyante et des gens qui pleuraient et poussaient de grands cris.
Il entra, et leur dit: Pourquoi faites-vous du bruit, et pourquoi pleurez-vous? L'enfant n'est pas morte, mais elle dort.
 Et ils se moquaient de lui. Alors, ayant fait sortir tout le monde, il prit avec lui le père et la mère de l'enfant, et ceux qui l'avaient accompagné, et il entra là où était l'enfant.
Il la saisit par la main, et lui dit: Talitha koumi, ce qui signifie: Jeune fille, lève-toi, je te le dis.
Aussitôt la jeune fille se leva, et se mit à marcher; car elle avait douze ans. Et ils furent dans un grand étonnement.
 Jésus leur adressa de fortes recommandations, pour que personne ne sût la chose; et il dit qu'on donnât à manger à la jeune fille.

 

Jairus est nommé... c'est déjà tout dire ( la femme qui touchera Jesus après pour être guérie ne le sera pas) ce qui reflète bien les valeurs de ceux qui ont raconté l'histoire: pour un homme qui est chef d'une synagogue et qui s'approche de Jésus, on aura retenu le nom ... sans doute à cause de son rang mais aussi peut être parce qu'il n'est pas hostile à Jésus quand jusqu'à présent dans le récit de cet évangile, les autorités religieuses juives étaient vues d'un mauvais oeil , toujours critiquant, toujours remettant en cause Jésus et ses disciples.

(Il faut toujours se souvenir que la plupart des gens qui suivaient Jésus appartenaient à des classes défavorisées de même que les premiers chrétiens dont certains étaient des esclaves et la mention de quelqu'un comme Jaïrus était une validation importante. D'ailleurs, la preuve qu'ils se laissaient impressionner par les grands de ce monde est mis en évidence par la lettre de Jacques qui reproche aux chrétiens de recevoir avec honneur dans leurs assemblées, les riches et de reléguer au dernier rang les pauvres... En tout cas, lui Jésus, dans cet épisode  montre qu'il n'est pas de ceux-là quand il s'arrête en chemin pour parler avec une "intouchable"...)


L'amour de Jaïrus pour sa fille est certainement notable mais aussi les détails de la scène qui nous est racontée. On ne peut s'empêcher de noter  la mention de la foule bruyante qui pleurait et poussait des grands cris qui fait penser aux pleureuses traditionnelles que l'on trouve encore aujourd'hui (en Ethiopie, par exemple*) mais qui supposerait que l'enterrement était en train de se dérouler alors qu'ici l'enfant venait juste de mourir. Il semble donc plus naturel de penser que cette expression de douleur ait été spontanée et que cette foule bruyante ait été les voisins et l'entourage de Jaïrus. 

 

Pourtant cette mention  a fait couler beaucoup d'encre et a été l'occasion de supputations sur la question de savoir si la fille de Jaïrus était vraiment morte (d'ou la présence des pleureuses qui attesteraient qu'il s'agissait bien d'un miracle de resurrection) ou était seulement dans le coma et que les gens la croyaient morte ... polémique un peu vaine et que le texte n'explicite pas (merci à Marc qui raconte sans commenter inutilement) car ce n'est pas l'enjeu qui est présenté dans cette scène où le motif de la résurrection est absent, et ce qui est central est la  question de la foi en Jésus....

 

Comme il parlait encore, survinrent de chez le chef de la synagogue des gens qui dirent: Ta fille est morte; pourquoi importuner davantage le maître?
Mais Jésus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la synagogue: Ne crains pas, crois seulement.

 

Jésus, d'autre part ici ( je ne crois pas que ce soit Marc) ne veut pas faire de cette guérison un spectacle ce qui me semble fort intéressant car c'est tout le contraire de ce que l'on voit dans les grands meetings d'évangélisation  et de guérisons qui tiennent trop souvent du domaine du show!. Alors évidemment Jésus guérissait en externe si l'on peut dire , devant les foules qui se pressaient autour de lui car elles n'auraient pas osé lui demander d'aller chez elles (il ne faut pas oublier l'épisode du paralytiques ou deux personnes sont passés par le toit d'une demeure pour approcher de Jésus, un vrai acte de débrouillardise pour arriver à s'en approcher)

 

Mais c'est une situation différente car comme on a à faire à un "ayant droit"  il n'hésite pas à demander à Jésus d'aller chez lui et le "miracle" peut se faire en privé. Plutôt que d'y voir un souci de rédaction de Marc qui veut cacher l'identité de Jésus, cette volonté exprimée de limiter l'accès de cette guérison me semble cohérente avec le Jésus qui nous est présenté dès le debut: quelqu'un qui ne cherche pas la notoriété mais qui répond aux attentes de ceux qui sont dans le besoin ou/et qui ont foi en lui.

 

Il la saisit par la main, et lui dit: Talitha koumi, ce qui signifie: Jeune fille, lève-toi, je te le dis.


Alors évidemment ce qui ne manque pas de me frapper , c'est de trouver cette phrase de Jesus  citée en araméen , pour moi qui aime pouvoir lire des textes en version originale ( et qui se lamente de ne pas pouvoir le faire pour de nombreux livres, la bible en premier).  Pour une fois, elle nous permet de remonter directement à la tradition orale et d'avoir les paroles de Jésus telles quelles: Talitha Koumi! Il ne faudrait pas en faire un talisman mais c'est une rareté que ses paroles soient citées dans la langue originelle, un petit miracle....

 

Aussitôt la jeune fille se leva, et se mit à marcher; car elle avait douze ans. Et ils furent dans un grand étonnement.

 

(Beaucoup voient dans les 12 ans de la fille une signification particulière....quand l'âge qui pourrait être approximatif est mentionné tout simplement pour expliquer qu'elle savait marcher toute seule... mais la numérologie nous fascine...)
 

 Jésus leur adressa de fortes recommandations, pour que personne ne sût la chose; et il dit qu'on donnât à manger à la jeune fille.

 

La juxtaposition de ces deux remarques est pour le moins insolite. La première tout d'abord  en leur demandant de se taire (en tout cas momentanément) semble montrer un Jesus qui veut éviter la foule qui se trouve dehors parce-qu'il n'est pas intéressé à prendre une revanche un peu puérile ... envers ceux qui se sont moqués de lui ? (pourquoi pas?)

La deuxième en tout cas nous révèle  un Jésus qui a les deux pieds sur terre et auquel on ne s'attend pas (en tout cas pas moi) : on peut imaginer que dans leur étonnement et leur excitation,l'entourage de la fille ait voulu raconter le miracle à tout le monde  et  que Jésus ait du leur rappeler que la jeune fille qui venait de se lever de son lit de malade ou de mort pouvait avoir besoin de manger?

 

*   *   *

 

Ne crains pas, crois seulement...

 

Face à ce demoniaque possédé par une légion de démons qui casse tous les liens par lesquels on l'attache, face à la maladie et l'annonce de la mort d'un être cher que tout le monde donne pour perdu, face à tous ceux qui la disent impure et qui lui interdisent de toucher qui que ce soit même pour être guérie

 

Peut-être que l'on doit se demander

 

Si on n'abandonne pas trop vite, si on ne croit pas assez que les choses peuvent changer, si l'on écoute trop les voix raisonnables de ceux qui disent  qu'il n'y a plus rien à faire, ou de ceux qui disent qu'on n'a pas le droit de demander...ou de ceux encore qui se moquent parce qu'on a mis sa confiance en Jésus

 

Talitha koumi :Lève-toi je te le dis

 

Et mange pour reprendre des forces et continuer à vivre,

 

L'Évangile est bonne nouvelle, pour le père qui aime son enfant, pour la femme rejetée à cause de sa maladie et pour le possédé incontrôlable.

(Et pour moi., bien sûr)

 

P.S:  Cette histoire du démoniaque du début du chapitre continue à me hanter ...je viens de lire un article qui racontait avec détails la détention d'un homme qui avait des troubles mentaux et qui s'était débattu de toutes ses forces chaque fois qu'on essayait de le contrôler ce qui fait que peu après avoir été transféré dans une unité psychiatrique de la prison était décédé étant donné la violence qui avait été utilisée par les policiers et autres gardes de l'établissement ...Affligeant....
https://features.propublica.org/riverside-jail-video/mental-health-crisis-force-restraint/?src=longreads

 

* Il y a un contraste énorme aujourd'hui en Afrique de l'est entre les chrétiens éthiopiens qui ont des pleureuses pour les enterrements et les somaliennes musulmanes qui elles disaient que l'on avait pas le droit de pleurer car la mort était la volonté de Dieu; donc pas de cris, ni J pleurs )

 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments