Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Quand la Semaine Sainte est obligatoire...

Simone

Mercredi 8 avril

Semaine sainte,

Finalement, j'y viens à la semaine sainte, je ne peux pas continuer à m'en détourner et je me rends compte qu'elle vient à un bon moment car elle écrit en gros caractère les mots : Souffrance et mort

Ce sont les mots qui sont sur toutes les lèvres, dans toutes les langues, sur tous les reportages, dans tous les pays, non seulement sur ceux des médecins et de tout le personnel soignant  mais des familles de ceux qui ne peuvent pa enterrer leurs morts, de ceux qui ont plus faim que d'habitude, de ceux qui sont plus isolés et plus seuls que jamais.

Il est rare que l'on se penche autant sur la souffrance de la famille humaine: on préfère s'en détourner en cachant nos malades, nos vieillards, nos handicapés et nos prisonniers dans des lieux à part ou la montrer sporadiquement par goût du sensationnalisme mais aujourd'hui ces deux réalités basiques de la vie humaine que sont  la souffrance et la mort, on ne peut plus les 'ignorer, elles nous ont rattrapé tous sur la planète, et les pays riches insouciants vivant dans une frénésie de plaisir et de recherche du bonheur, sont obligés de prendre note...

La Semaine Sainte, si pour les chrétiens est un rappel de la souffrance du Christ, pour beaucoup signale une semaine de vacances où l'on se précipite sur les plages, on l'on va faire la fête avec des amis, cherchant avant tout à se faire plaisir (en Colombie on avait les deux: processions d'une part et festivals d'autre part). Au Royaume-Uni le gouvernement a été obligé de sonner l'alarme en voyant tous ces propriétaires de résidences de vacances à louer qui faisaient de la Pub pour attirer les clients pour cette semaine...

Non messieurs, et mesdames que vous le vouliez ou non, en cette semaine Sainte, vous ne pouvez pas vous éclater, vous devez  être solidaires de la souffrance du monde que vous soyez croyants ou pas ...et ceci par ordre du gouvernement.

 

*   *   *

Dans les communautés chrétiennes, la question de la souffrance occupe une place plus ou moins importante selon les traditions: soit on la met au centre en l'exaltant tellement qu'elle devient la seule porte de salut , soit on la voit comme une anomalie répréhensible dans une vie chrétienne qui devrait nous porter de triomphe en triomphe...

Les processions larmoyantes et populaires de la Semaine Saint avec en tête la Mater dolorosa sont un spectacle courant dans les terres catholiques du pourtour méditerranéen, et contrastent avec le cri de "Jésus est ressuscité"  au matin de Pâques qui semble caractériser les traditions orthodoxes alors que la sobriété des protestants et des évangéliques qui se méfient souvent de toute liturgie et de tous rituels (même s'ils en ont plein) mettent la prédication de l'Évangile au centre de leurs célébrations...


En tout cas ce qui se passe autour de nous nous permet de jeter un regard plus réel sur  la souffrance: il n'est pas question de l'ignorer ou au contraire de l'exalter, la souffrance elle existe, elle est là elle fait partie de notre commune expérience de genre humain tout autant que la mort. On croyait qu'on l'avait maîtrisée, qu'elle ne touchait que quelques pays ou individus malchanceux, dont on pouvait être solidaire d'une manière intermittente, mais comme une réalité quotidienne inscrite dans notre ADN,  ça on l'avait oublié .....

Le problème des rites de la semaine sainte, c'est qu'elle fait des chrétiens une communauté à part qui commémore la souffrance de leur fondateur, comme si sa souffrance était unique, comme si être trahi par un de ses proches n'arrivait qu'à lui, comme si être condamné à mort alors qu'on est innocent ne se passait jamais, comme si être lâché  par tous ses amis n'était pas courant, comme si être moqué et torturé ne se faisait plus,  comme si ....Jésus n'était pas le fils de l'homme comme il l'a répété tellement de fois et donc le visage de tous ceux qui souffrent...


Il faudrait donc sortir ce Jésus de nos églises, et évidemment c'était l'objet de nos processions, et rejoindre celles du monde à l'heure du coronavirus, mais pas la peine de statues ou de bannières car les  défilés de pénitents accoutrés de leurs masques et de leurs vêtements de protection, ils sont là, le visage de Jésus il est là aussi, dans ces couloirs d' hôpitaux pleins de malades, dans les visages de ses familles dévastées... cette année,  pas besoin de sortir tout notre bataclan, pour nous rappeler que la souffrance et la mort font partie de notre existence: elles sont au rendez-vous.

Même si on croit en la résurrection, on ne peut pas sauter l'étape du deuil, on ne peut pas éviter de passer par la vallée de l'ombre de la mort...

Sauf de se rappeler que l'on n'est plus seul, car Lui aussi est passé par là,

La Semaine Sainte, ça devrait servir à ça....

P.S : Bon, ça fait peut-être pas très sérieux, après cette réflexion assez morose, mais si les gens du Sud sont les maîtres  des processions larmoyantes de la Semaine Sainte, ils sont aussi les maîtres dans leur capacité à chanter et danser au milieu de la tristesse...Cette vidéo mexicaine m'a réchauffé, le coeur...il n'y a pas que la musique classique qui compte!

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments