Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

La colère:piqûre de rappel en ces temps de confinement

Simone
20 avril, Bridgewater, près de chez mon fils...

20 avril, Bridgewater, près de chez mon fils...

Mardi 21 avril 2020,Virginie

Piqûre de rappel en ces temps de confinement...où la violence domestique augmente, que ce soit celle envers un conjoint ou celle envers les enfants...

Que les paroles de nos proches sont celles qui nous blessent le plus qu'on soit ceux qui les prononcent dans un moment d'enfermements ou de colère ou que l'on soit ceux auxquelles elles sont adressées...et qu'elles peuvent déclencher une dangereuse surenchère où le ton monte très vite (même s'il est glacial) et les uns et les autres perdent le contrôle de leur langue ou de leurs gestes:

Pour ça il y a les paroles de Jacques qui nous parle des effets dévastateurs de la langue:

Il en va de même pour la langue : c’est un petit organe, mais elle se vante de grandes choses. Ne suffit-il pas d’un petit feu pour incendier une vaste forêt ? 6 La langue aussi est un feu ; c’est tout un monde de mal. Elle est là, parmi les autres organes de notre corps, et contamine notre être entier. Allumée au feu de l’enfer, elle enflamme toute notre existence[...] elle est pleine d’un venin mortel.

Il y a aussi la condamnation très dure et sans appel de Jésus:

Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d'être puni par les juges; que celui qui dira à son frère: Raca! mérite d'être puni par le sanhédrin; et que celui qui lui dira: Insensé! mérite d'être puni par le feu de la géhenne

Alors qu'est-ce qu'on fait pour apaiser la situation et conduire à la réconciliation?

On connaît bien, d'abord ce conseil dans Proverbes:

Une réponse douce calme la fureur, Mais une parole dure excite la colère.
(Pour ne pas envenimer la situation sur le coup...On verra plus tard qui avait tort ou qui avait raison...)

Et pour celui qui s'est énervé, a perdu le contrôle de sa langue et a fait un mauvais geste, la demande de pardon est bien sur une évidence ....

Mais la victime, l'offensée... n'at-elle d'autre alternative que d'encaisser et de pardonner?

Il y a souvent un aspect que l'on oublie, elle est que la victime n'a pas à être  passive, la personne qui a reçu l'injure ou les paroles blessantes a le droit sinon le devoir de faire savoir à celui ou celle qui les a prononcées que ces paroles ont été blessantes...car il arrive que les gens qui se mettent en colère ne mesurent pas l'effet terrible que leurs paroles ont sur l'autre , à quel point elles peuvent les détruire profondément....ils oublient eux , ce qu'ils ont dit car ils se sont soulagés... alors que celui qui les a entendues ne les oublie pas...

C'est pourquoi Jésus qui condamne avec une force inattendue ceux qui insultent les autres......dit aussi juste après

"Si tu te souviens que ton frère a péché contre toi, va voir ton frère..."

Il ne demande pas que la victime reste passive quand il s'agit de quelqu'un de proche où une explication est possible...(un frère dans la foi, mais aussi un frère tout court)...il lui demande d'aller le trouver pour régler la question.... et ça, ça demande du courage...

Il peut se trouver que la personne l'ai dit en connaissant de cause, c'est à dire dans le but de faire mal et (c'est là qu'un proche est si dangereux car il sait où ça fait mal...) mais habituellement dans une explication sincère, l' offensé découvrira que l'offenseur réagissait à une blessure que lui on un autre lui avait infligé auparavant... Si on se tait finalement , on risque d'être habité par la rancoeur, et d'en laisser une racine s'implanter dans le coeur, ce qui est très dangereux..ou de jouer aux martyres (ce qu'on me disait souvent quand j'étais petite)... et le vrai martyre, ce n'est pas un jeu..

(Quand je dis les paroles, il peut aussi s'agir de mots écrits...qui offrent leur danger propre car ils restent et on peut les relire...les SMS aussi sont dangereux car on ne réfléchit pas suffisamment souvent avant de répondre ou avant d'en enoyer un...sans parler des tweets...quand on est une figure publique!)


Et finalement le meilleur remède, il est en ces jours de printemps de faire un tour dehors, prendre un bol d'air en respirant profondément... tout en gardant ses distances...rendre grâce à pour la beauté de la nature qui est à nous en couper le souffle, quand on a la chance d'être à la campagne...ou même de la contempler depuis sa fenêtre...

P.S:  Écrit en ce jour après avoir reçu une missive assez désagréable...qui a suscité ces quelques réflexions...Ça part toujours de soi....

 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments