Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Marc 3:31-35, Jésus, l'anti-famille?

Simone

Lundi 30 Mars, 20020, Virginie

(Dehors le vent souffle et les pétales des arbres fleuris forment un parterre de fête pour une mariée de rêve: il faudrait que je prenne une dernière fois une photo du magnolia qui est encore magnifique...et de cet autre arbre d'un mauve intense... après les jonquilles, c'est le temps des tulipes qui s'ouvrent un peu partout... la beauté du printemps est tellement éphémère!)

 

La dernière fois que j'ai écrit sur l'Évangile de Marc c'était le 20 janvier et aujourd'hui on est le 30 mars ...et quand je regarde cette date du 20 janvier et celle d'aujourd'hui, je m'étonne de l'abîme qui les sépare, de leur discontinuité comme si elles n'avaient rien à voir l'une avec l'autre, comme si l'une ne pouvait être le prolongement de l'autre...Le lieu est le même mais les dates sont trompeuses, elles donnent l'impression d'une stabilité, d'une prévisibilité dans le déroulement du temps qui n'existe plus ou peut-être qui n' a jamais  existé.

(Aujourd' hui finalement le gouvernement de la Virginie a ordonné le confinement (mais pas à la française sans sanctions particulières), évidemment pour nous qui vivons à la campagne, ça ne signifie pas grand chose: aujourd' hui je suis allée faire des courses au supermarché, et j'ai trouvé tout ce dont j'avais besoin: oeufs, lait, eau de javel etc... L'achat de certains produits était limité, et ceux qui aux caisses mettaient les denrées dans les sacs avaient des gants: j'étais la seule à porter un masque....)

Cela peut paraître bizarre mais cet évangile de Mark avec un Jésus qui paraissait si lointain culturellement parlant et une histoire qui semblait du domaine du mythe, en ces temps de coronavirus, maintenant semble plus proche, plus réel: le repentez-vous d' une part sonne comme une nécessité évidente pour une société qui vivait à un rythme effréné et l'annonce d'une bonne nouvelle d'autre part qui semblait déplacée voire inutile dans une société ou régnait l'auto complaisance ne peut être que bienvenue à l'heure où les informations sont une suite inquiétante de projections plus terribles les unes que les autres du nombre de morts à venir...

Mais peut-être plus encore...ces foules de gens malades qui se pressaient autour de Jésus et qui essayaient de le toucher dans l'espoir d'être guéris....ça ne nous paraît plus surprenant pour nous qui croyions avant que la médecine était tellement avancée que l'on avait plus besoin des miracles d'un Jésus prophète extraordinaire pour nous soigner ... maintenant que l'on voit tous ces malades qui font la queue devant les hôpitaux et qu'on ne doit pas toucher de peur d'être contaminé ( finalement tous des lépreux en puissance)....atteints d' un mal pour lequell on n'a encore ni remède, ni vaccin ...nous 20 siècles plus tard...nous qui vivons dans l'ère dite scientifique.

Une foule de gens désespérés et malades...

Si donc, on reprend cette lecture et on retrouve Jésus au milieu de la foule après sa discussion avec les liders religieux sur le blasphème (thème éminemment sérieux) ce qu' il reste de ce chapitre 3 ( même si les chapitres sont des divisions artificielles) sur l'échange entre Jésus et sa famille prend une dimension toute autre.


Sa mère et ses frères arrivèrent donc. Ils se tenaient dehors et l'envoyèrent appeler.  La foule était assise autour de lui, et on lui dit: «Voici, ta mère et tes frères [et sœurs] sont dehors et te cherchent.» Il répondit: «Qui est ma mère, et qui sont mes frères?» Puis il promena le regard sur ceux qui étaient assis tout autour de lui et dit: «Voici ma mère et mes frères. En effet, celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère.»

A priori, cette réaction de Jésus est choquante: la famille c'est quand même une valeur fondamentale de notre société, toutes les idéologies de droite vous le diront, mais pas que dans notre société: la loyauté envers la famille  ( ou le groupe familial) est universel et  pour la défendre on est prêt à tout (y compris à tuer !)  On connait le "famille je vous hais" de Gilles mais pourtant délaisser sa famille ou la trahir quelle qu'en soit la raison est considéré comme une des fautes le plus répréhensibles qui soit.

Si on n'avait pas été en temps de pandémie coronavirus, je n'aurai jamais pensé que cette réponse de Jésus, envers sa famille n'était pas inutilement dure et blessante mais quand je vois tous ces médecins et infirmiers dont les familles voudraient bien qu'ils restent chez eux et ne mettent pas leur vie en danger pour sauver celle des autres, tout à coup les propos de Jésus semblent compréhensibles. Qu'adviendrait-il s'ils accédaient au désir de leur famille qui viendraient les chercher pour qu'ils  reviennent à la maison?

Ce que Jésus nous dit (et le redira plus tard)  d'une manière abrupte, comme il sait si bien le faire pour nous faire réagir et attirer notre attention,  c'est que notre famille, ne peut pas être un prétexte pour ne pas faire la volonté de Dieu, et faire la volonté de Dieu c'est faire ce qui est juste,  comme .... aller soigner des malades (et pour Jésus les malades c'est nous tous qui sommes malades du péché) même si c'est au péril de sa vie et de la leur.

L'affirmation de Jésus est qu'il y a des valeurs qui sont au-dessus de celles de la famille, que notre désir de lui plaire et de satisfaire à ses demandes, peut nous empêcher de faire ce que Dieu attend de nous, (la famille un objet d'idolâtrie, qui sait?)  et que ce nous exclusif et restreint qu'est la famille traditionnelle n'est pas celui de Jésus.

 

Dur, exigeant... ll arrive des moments où on est confronté à des dilemmes et à des choix difficiles. C'est pourquoi on appelle des héros tous ces soignants car on sait que les héros sont ceux qui pour sauver la vie des autres, ont le courage de mettre la leur en danger ....et aussi celle de leur propre famille! 

Serait-ce ce que Jésus nous appelle tous à être: des disciples donc des héros ...?


P.S. Il y aurait bien plus à  dire sur ce concept nouveau de la famille dans ce texte, celui de frère et soeurs en Christ, et aussi... des dérives sectaires de groupes qui obligent leurs disciples à couper avec leur famille pour mieux les contrôler mais coranavirus oblige, c'est cela que m'inspire ce passage...ce qui montre bien que notre compréhension et analyse d' un texte est toujours contextuel, lié au moment et au lieu où on le lit...(alors du coup l'exégèse biblique pure et dure, elle est passée à la trappe...)

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments