Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Le mystère de la vie humaine

Simone
Le Seigneur est mon berger

Le Seigneur est mon berger

Le 27/28 janvier, 2020, en Virginie

Méditation

"Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure"

Elle n'en finit pas de mourir: elle est agitée, enlève tout ce qu'il y a sur elle, balbutie des bribes de phrases incohérentes quelquefois en français et quelquefois en anglais...on essaie de comprendre, on saisit des mots à la volée...de temps en temps elle ouvre les yeux, elle a un regard vitreux mais à d'autres son regard est celui de quelqu'un qui comprend et écoute...les infirmières font quelques apparitions...

Que se passe-t-il?

Les articles sur la spiritualité et l'agonie abondent: scientifiquement parlant, on peut décrire certains phénomènes pour aider les soignants ou les proches à mieux s'occuper d' une personne en fin de vie...mais au final les études "scientifques" que l'on a fait ne nous apprennent pas grand chose pour interpréter avec certitude ce que l'on observe: est-ce que ça correspond à des réflexes qui viennent uniquement du corps qui se meurt ou y a t il encore une volonté, une conscience derrière ces mots, ces regards, ces expressions qui peuvent être quelque fois de colère, de dégoût ou au contraire de contentement...?

On sait ce que c'est l'hallucination, on sait ce que c'est que l'aphasie, on sait....mais sur la fin de vie qu'est-ce que l'on sait vraiment... qu'est-ce qui  se passe exactement à la fin d' une vie humaine?

 Hier, je l'ai entendu dire j'ai peur ... aujourd'hui gémissements, mais après la morphine, plus de lutte, une respiration régulière mais qui semble artificielle... comme celle des gens sous respirateurs qu'il suffirait que l'on débranche pour que tout s'arrête...mais on ne peut pas la débrancher, et peut-être ne veut-elle pas être débranchée encore : est-ce son corps qui résiste, ou est-ce son âme, son esprit?

Et Dieu là dedans, quel mot a-t-il à dire? Est-ce lui finalement qui dit le dernier mot ou laisse-t-il faire?

*   *   *

Il y a des gens qui meurent tout d'un coup, comme mon voisin, qui a tout simplement dit au revoir à sa femme et est parti ( il était en soins palliatifs car à moins d'une greffe du coeur, on savait qu'il pouvait mourir d'un moment à l'autre) Et il y en a d'autres...

Même s'il y a des constantes, les expériences de personnes qui reviennent à la vie après un arrêt cardiaque ou un coma profond ne racontent pas tous la même chose...les mots et les images qu'ils utilisent sont ceux de la foi à laquelle ils appartiennent...mais la spiritualité, elle est là...

Le saut de la foi, quelqu'elle soit, on est tous amené à le faire à ce moment-là (ou à ne pas vouloir le faire.. mais on ne peut pas éviter la question)

*   *   *

"Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure"

Lui ai relu plusieurs fois ce verset du psaume bien connu, qui commence par cette belle affirmation de confiance " Le Seigneur est mon berger".

(Prononcé, il y a très longtemps ( plus de 2500 ans au moins) dans un pays très lointain, dans une langue qui m'est inconnue  où l'expérience de la mort était pourtant la même et qui nous relie tous, par delà le temps, par delà les frontières à cet ancêtre commun qui pour la première fois a été confronté à la mort )

Était-ce aussi sa conviction profonde?

Peut-être que la mienne est suffisante pour la porter...

*   *   *

P.S  Et les proches ? Désarroi, tristesse mais aussi impatience...combien temps encore ça va durer...? Et les sentiments de toute une vie de relations chaotiques remontent à la surface... sans oublier les fameuses questions d'argent dont on est supposé être détaché dans ces moments là mais qui ne peuvent pas être évitées car il faut bien s'occuper des besoins matériels...chez les moins fortunés, comment on va payer tout ca? Et si le pas-encore-mort a quelques biens, ça ce complique...on attend avec une certaine impatience le moment où l'on aura un peu plus que l'ordinaire difficile...Évidemment si le défunt est riche et qu' il y a plusieurs héritiers...jalousie, envie , sentiment d'injustice etc... il y a suffisamment de romans là-dessus ou même de séries télévisées avec meurtres à maints rebondissements, pour montrer à quel point ça fait fantasmer)

 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments