Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

De Freud à Jérôme...

Simone

Lundi 8 juillet 2019, Auvergne

( Le compte à rebours a commencé...vivre dans deux pays différents, c'est comme avoir deux vies, même si c'est compliqué quelquefois, même si les départs ne sont jamais vraiment faciles... c'est sympa quand même)


Étonnant...

On est toujours bourré de préjugés et moi la première...je lis un commentaire de Jérôme (Saint pour les intimes, traducteur de la bible en latin et qui accumule les titres et les distinctions qui font de lui un des points de référence majeurs du christianisme, un de ces piliers fondateurs dont l'orthodoxie des idées n'a jamais été remise en question  ...) et voilà que je me retrouve dans ses réflexions sur la Trinité...Qui l'eût cru.....

Le Jérôme en question, père de l'église de son état commente sur l'histoire de l'éloge que Jésus fait de la femme qui a été guérie de ses pertes de sang en le touchant et du centurion romain dont il a guéri la fille... Jésus en vante la foi et les donne un exemple...

Eh bien, Jérôme dit texto:

 " Ni le centurion, ni cette pauvre femme qui avait des pertes de sang depuis douze ans (Mc 5,25), ne croyaient au mystère de la Trinité, qui a été manifesté aux Apôtres après la résurrection du Christ, (...) mais c'est la simplicité de leur cœur et leur âme donnée à leur Dieu qui sont approuvées ici....Voilà la foi dont le Seigneur a dit qu'elle se trouve rarement ! Voilà la foi qui, même chez ceux qui croient, est difficilement parfaite !"

Alors finalement je ne suis pas si hérétique que ça quand j'estime que l'entrée au royaume des cieux ne dépend des résultats d' un test d'orthodoxie théologique qu' il faudrait passer pour y être admis....C'est rassurant, que moi simple chrétienne sans toutes les marques de sagesse qu'à ce Saint, ne suis pas autant à côté de la plaque...Et c'est rassurant de voir aussi à une époque ou la question de la trinité était au centre des débats et des discussions, lui qui y a participé reconnaissent que finalement ce n'est pas ça qui compte....

L'extrait de ce commentaire, me surprend aussi (même s' il ne devrait pas), car justement le grand Jérôme avec tous ces titres et ses distinctions et avec toutes ces connaissances, fait preuve d' humilité...en admettant sa propre vanité reconnaissant lui-même qu' il n'est pas capable d' une telle foi ou plutôt que sa foi a lui est loin d'être pure...

"En effet, pour peu qu'il me soit fait selon ma foi, je périrai. Certes, « je crois en Dieu le Père, je crois en Dieu le Fils, je crois à l'Esprit Saint qui est Dieu, je crois en un seul Dieu », et cependant je ne veux pas qu'il me soit fait « selon ma foi ».  (...) En réalité, bien des fois, dans ma prière, je flâne à travers les rues, je calcule des intérêts, ou bien, emporté par une songerie honteuse, je m'occupe de ce que je rougirais de dire. Où est la foi ? À chacun d'interroger son propre cœur et, dans la vie, il verra combien il est rare de découvrir une âme fidèle au point de ne rien faire par désir de gloire ni rien pour le 'qu'en-dira-t-on'. (...) "

Du coup, cette fois-ci, ce n'est plus Sigmund Freud qui attire mon attention, mais c'est ce Jérôme sur qui j'en sais encore moins...et ce que je découvre sur sa personnalité est pour le moins intéressant: qu' il avait un tempérament passionné ...qu' il adorait les polémiques et qu' il n'était pas très charitable quand il critiquait ses opposants qu' il traitait de tous les noms...(scorpion par exemple)

*   *   *

On parle beaucoup de son attrait pour la vie ascétique et monastique ( comme beaucoup à son époque) parce-que justement il avait du mal à contrôler ses passions et ses désirs sexuels (mais il a trouvé quand même le moyen de s'entourer de veuves riches dont l'une Paula a financé le monastère à Bethléem dans lequel il s'est installé à la fin de sa vie...) et que cet attrait a eu pour conséquence de défendre la supériorité de la virginité au mariage....et a attaattaquéque ceux qui disaient le contraire comme le moine Jovanius (adversus Jovanianum).....

(L' autre note intéressante est de voir aussi qu' il a défendu la thèse de la virginité perpétuelle de Marie, thème sur lequel on débattait encore à l'époque et dont on voit clairement ici le lien avec le rejet de la sexualité...étant donné que la virginité était supérieure au mariage, pour que Marie puisse être révérée et mise sur un piédestal, il fallait qu'elle soit restée vierge, c'était une nécessité théologique, pas du tout biblique, une nécessité qui reposait justement sur une théologie erronée (selon mon point de vue) qui faisait de l'etat de la virginité,un état supérieur a celui du mariage....

Autant avec Freud, j' ai pris conscience de l'influence qu'ont eu ses idées sur les a priori de la science humaine, autant je me rends compte à quel point des pères de l'église (en ce cas Jérôme) ont eu d'influence sur la compréhension du christianisme, mais encore plus particulièrement sur le catholicisme tel qu' il est vécu encore aujourd' hui...

C'est un de ces postulats (celui de la supériorité de la virginité sur le mariage, qui était une manière de condamner l'acte sexuel et de le considérer comme étant le péché originel) qui continue à se maintenir dans l'église malgré tous les dénis qui sont faits et les discours qui veulent réhabiliter le corps et dénoncer la dualité corps et esprit qui ne serait pas inhérente aux écritures ...C'est un sous-entendu, un principe sous-jacent qui s'est inscrit dans le psyche de l'église et de ses fidèles et que le célibat des prêtres conforte...

 

Une dernière remarque sur mes lectures à ce sujet qui me fait dire que " plus ça change et plus c'est la même chose.." c'est de me rendre compte de la virulence des polémiques de l'époque dans lesquelles Jérôme s'est impliqué et...qui ressemblent étonnement à celles d'aujourd' hui....alors ils n'avaient pas l'Internet pour polémiquer et se jeter des anathèmes ni non plus facebook et autres réseaux sociaux ... ça ne les empêchait pas pour autant avec leurs moyens à eux de descendre leur adversaire a coup de citations bibliques et d'arguments sans oublier les attaques ad hominen ...lls ne s'en privaient pas ! Et tous ces grands théologiens, pères de l'église ou pas qui sont devenus des figures iconiques, n'étaient ni meilleurs ni pires que ceux d'aujourd' hui...

D'un côté, c'est rassurant (plus que décevant) ...et si on se souvient des disciples de Jésus, disciples qu'il avait choisi lui-même...ils avaient aussi du tempérament (ça a peut-être été le tort de Jésus de s'entourer d' hommes plutot que de femmes meme s' il y en avait quelques unes... quoique les femmes ne sont pas toutes des vierges Marie). C'est dommage qu' il faille attendre que tous ces hommes soient morts et enterrés pour les canoniser...qui est une forme de les aseptiser....et de les rendre fréquentables...

*   *   *

Toujours est-il, qu' on en revient à des vérités basiques sur cette bande d'illuminés aux egos surdimensionnés qui composent l'église, les saints comme on les appelle, c'est qu'ils ont le besoin constant de rédemption, de repentance et de pardon (comme nous)...le péché et la grâce...

Dans ce commentaire, le grand Jérôme, érudit, traducteur, grand discutailleur devant l' Eternel, reconnaît la vanité de ses discours et de ses polémiques et du coup la sincérité de sa foi devient apparente quand il partage avec nous les luttes internes auxquelles il faisait face ....

La foi, la mesure de la foi, la pureté de la foi....

C'est ça qui compte, on en revient toujours là

Et pour ceux qui en manquent, il y a toujours le cri

"Viens au secours de mon manque de foi"

Prière constante et toujours à renouveler...

(Pour tous les Jérôme de l'église qui sont après tout des gens comme nous)


P.S.. Temps orageux ici mais pas ces pluies torrentielles comme celles envoyées de Washington...

ce matin, une rue de Washington, reçue cet après-midi ici

ce matin, une rue de Washington, reçue cet après-midi ici

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments