Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Confession sans absolution: l'horreur...

Simone

Mardi 28 mai,

Aujourd'hui le soleil brille...entre les averses...

Confession

Difficile d'imaginer ce que ca signifie d'entendre la confession des gens qui se pointent semaine après semaine au confessionnal et viennent vous réciter la liste de leurs péchés vrais ou imaginaires avec plus au moins de sincérité...que disent-ils, quelles fautes déclinent -ils, une liste convenue, générale où ils mentionnent des fautes mais rien en particulier de peur de vraiment être impliqué, une manière de tenir à bout de bras ses fautes pour ne pas être sali ou éclaboussé par elles? ...

Ou encore quand on dit " mon père je m'accuse d avoir été égoïste, méchant, d'avoir menti (désobéi quand on est enfant) ou de réciter le confiteor...."j'ai péché par parole, par action et par omission...c'est ma faute, c'est ma très grande faute... " Comme ça on a tout dit, on est sûr de ne n'avoir rien oublié et surtout on évite que le prêtre nous pose la question redoutée: qu'est-ce que vous voulez dire exactement quand vous avez dit que vous avez menti....c'était à qui? Et pourquoi? (mais bon on n'est pas chez le psy...alors pas besoin de préciser et on ne cherche pas à guérir, ou même  changer mais seulement à se soulager)

Qu'est-ce que le prêtre a vraiment envie de leur dire....car je suppose qu'après un certain temps, on n'est pas dupe, on reconnaît tous les types de repentants et on doit savoir à l'avance ce qu'ils vont dire avant qu'ils le fassent et on pourrait soi-même réciter la liste pour eux...

Confession et culture japonaise

La confession, ou le devoir de la part du prêtre de donner l'absolution me rappelle toujours le roman "Silence" du japonais Shuzako Endo (devenu un film à grand spectacle de Martin Scorsese et que finalement je n'ai pas vu)...Situé pendant l'ère edo ou être chrétien était passible de la peine de mort, et les étrangers étaient interdits de séjour....un prêtre portugais brave l'interdit et vient au Japon et est arrêté (puis torturé) à cause de la trahison d'un chrétien japonais (Kichijiro)...celui-ci vient ensuite lui rendre visite pour se confesser, et exige de lui qu'il lui donne l'absolution pour l'avoir trahi...Pas facile!

Pourtant, c'est ça pour lui la définition d'un prêtre, c'est ce qui est au coeur de qui il est, de son ADN, de sa raison d'être, il est celui qui donne l'absolution au nom de Jésus........mais derrière le personnage, c' est l' auteur japonais du roman qui présente  ce qu il y a de plus significatif de la foi chrétienne, ce qui la rend unique, en contraste flagrant avec la culture japonaise, où tout le poids de la honte de la faute commise  même confessée publiquement retombe sur les epaules du confessant....cette honte terrible qui conduit bien souvent au suicide...dont il y a tellement d' exemples encore aujourd'hui....

Ce que le christianisme a d'unique..c'est d'être la religion qui offre à Kichijiro le traître mais aussi au prêtre humilié qui finit par renier sa foi sous la torture,... le pardon et l'absolution de leurs fautes...ils continuent à faire partie de l'église, même si leur communauté est celle humiliée des renégats plutôt que celle triomphante de ces martyres...
(http://terredecompassion.com/2017/01/31/silence-de-martin-scorcese/)

Confession sans absolution, c'est l'horreur... et je suspecte que les chrétiens qui ont du mal à confesser leurs fautes devant ou pas devant un autre (pretre ou laic) ....c'est parce-quils ne croient pas véritablement au pardon...il faut minimiser sa faute même devant Dieu pour la rendre acceptable ou plutôt digne d' être pardonnée...quant au contraire c'est parce que la faute est grave qu'on a besoin de la grâce

(Évidemment dans le roman comme on est dans le cadre du catholicisme, seul le prêtre a cette fonction , ce qui complique énormément les choses...Du point de vue purement psychologique les deux pratiques celles du catholicisme et du protestantisme sont à deux tranchants....on dit que c'est génial chez les protestants car on confesse directement à Dieu et comme c'est Jésus qui pardonne de toutes façons..on élimine l'intermédiaire dans la filière du pardon... et c'est vrai on peut le faire n'importe quand, n'importe où sans risque d'être humilié  ou de s'humilier...ce qui fait qu'on risque d'autre part de rater deux choses: la première l'épreuve salutaire d'humilité en confessant à quelqu' un d'autre ses fautes,  et la deuxième d'entendre prononcer les paroles réconfortantes et libératrices " tes péchés te sont pardonnés"
D'un autre côté, donner seulement au prêtre le "pouvoir" de donner une absolution, même avec toutes les précautions du cas (ce n'est pas lui qui la donne mais il la donne au nom de Jésus), c'est le piège du cléricalisme qui fait de la prêtrise une caste à laquelle est attribué un pouvoir particulier ce qui crée un terrain fertile pour l'abus de pouvoir .....et qui en plus va à l'encontre du sacerdoce universel dont parle l'Évangile...
)

 

Tout ça aujourd' hui à cause de....

L'actualité au Japon où un homme attaque au couteau des enfants qui attendent le bus pour aller a l' école primaire...une école catholique en l'occurrence qui s'appelle Caritas.... 18 blessés dont un enfant mort, un adulte qui a dû essayer de les défendre et aussi l'assaillant qui s'est suicidé...

Alors comme je me souviens de ses groupes d'élèves qui vont ensemble à l'école quand j'étais au Japon et que j'ai eu l'occasion d' accompagner et .....comme mes petits enfant seront au Japon le mois prochain et iront à l'école ...ça ne me laisse pas indifférente....

( Rien pour l'instant sur cet homme et sur la motivation possible de cette attaque)

Seigneur, prends pitié...!

Et que vive l'absolution!

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments