Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Devant vous mes frères je m'accuse: confession publique et repentance

Simone

le 26 août 2018, dimanche

J'avais envie de me payer une cérémonie religieuse avec les grandes orgues dans un cadre magnifique, tout en haut de la montagne, histoire de me faire plaisir, en ce dimanche matin radieux...

Sauf que....

Je ne m'attendais pas à ce que cette pompe me laisse un goût amer dans la bouche : trop, c'est trop...

Effectivement, tout y était pour que ce soit un dimanche en grande pompe : avant même de franchir le portail, j'ai vu un homme en costume cravate portant des lunettes de soleil un talkie walkie dans la main ...et je me suis dit qu'il devait y avoir des « gens importants » qui devaient assister...et puis j'ai vu que la procession qui se formait avant de descendre dans la nef centrale comportait un évêque entre ces pairs...pas d'enfants ou d'adultes handicapés comme il arrivait souvent avant, qui suivaient en désordre avec leurs assistants, un sourire goguenard aux lèvres, les hommes portant le crucifix, rappelant à cette assemblée qui était vraiment important dans le royaume des cieux....

On a au contraire depuis la chaire nommé les personnalités politiques qui nous faisaient l'honneur d'être présents (j'ai vaguement reconnu un nom ou deux) comme s'il s'agissait de tout sauf d'un moment sacré au centre duquel on rend hommage et on commémore Jésus de Nazareth, qui s'est donné pour nous...

Il me semblait que l'on n'était plus en 2018 mais au siècle dernier, quand l'église catholique était encore puissante et les notables en costume cravate se pressaient le dimanche pour se montrer aux élus et serraient les mains à la sortie de l'église... : toute cette pompe et cette bienséance qui rendait inaudible le message du Christ pour ceux qui s'y trouvait...

Alors, il y a quand même le rituel de la messe et ce confiteor ( prière de confessions) qui arrive en bonne et due place, l'occasion rêvée pour une confession publique du clergé d'avoir trahi les fidèles surtout les plus faibles d'entre eux : les enfants...en plein scandale de la pédophilie...J'ai cru qu'il allait vraiment être un moment de repentance quand l'un des prêtres a commencé à parler de la lettre du Pape et de sa reconnaissance des fautes de l'église même si a bien précisé l'officiant lui le pape n'était pas coupable …( on ne sait jamais que quelqu'un puisse croire que le pape puisse aussi être un pêcheur comme les autres)

À ce moment-là, je me suis dit quel meilleur moment pour ces prêtres revêtus de l'habit qui les distingue des laïcs et leur confère une dignité particulière attachée à leur état, quel meilleur moment sur cette estrade au-dessus des fidèles, devant l'autel, pour dire : nous clergé, chargé du troupeau par le Christ, nous vous confessons collectivement, prenant sur nos épaules les fautes de nos confrères, que nous avons failli à notre devoir sacré envers vous nos frères et sœurs et nous implorons votre pardon...et nous ne sommes pas dignes de la confiance que vous avez mis entre nos mains et de l'habit que nous portons,

Nous clergé,car ce n'est pas l'église qui a failli, c'est bien le clergé qui a failli au reste de l'église

Le texte est là, du confiteor, un très beau texte, qui aurait pris tout son sens, et n'aurait pas été un simple rituel...que l'on répète du bout des lèvres qui nous disculpe et nous permet de passer à autre chose...

Mais si on ne le prend pas au sérieux, si on ne lui donne pas toute son importance alors tout ce qui vient après vain si on en croit les paroles d'Isaïe qui fait dire à Dieu....

Quand vous venez vous présenter devant ma face, qui vous demande de fouler mes parvis ? Cessez d’apporter de vaines offrandes ; j’ai horreur de votre encens. ( et de l'encens, il y en avait à cette messe solennelle!) Les nouvelles lunes, les sabbats, les assemblées, je n’en peux plus de ces crimes et de ces fêtes. Vos nouvelles lunes et vos solennités, moi, je les déteste : elles me sont un fardeau, je suis fatigué de le porter. Quand vous étendez les mains, je détourne les yeux. Vous avez beau multiplier les prières, je n’écoute pas : vos mains sont pleines de sang. Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises, cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien : recherchez le droit, mettez au pas l’oppresseur, rendez justice à l’orphelin, défendez la cause de la veuve.

Les prophètes, ils ne faisaient pas dans la dentelle...

Mais bon, il fallait vite passer à autre chose avec toutes ses personnalité importantes et ce beau choeur magnifique qui accompagnait la messe et cette belle musique d'orgue....ce n'était pas le moment m'a dit à la fin l'officiant quand je lui ai demandé pourquoi, on n'avait pas lu au moins solennellement la lettre du pape pour épeler et étoffer ce confiteor ...ça aurait gâché toute cette belle cérémonie festive m'a -t-il répondu un peu gêné..je ne savais qu'une messe pouvait être gâchée par un acte authentique de repentance mais bon...

Pendant ce temps là, lui le pape en Irlande a prononcé son mea culpa,et ce ne serait pas si mal s'il décrétait un jour de pénitence, comme on décrète un jour de deuil, où il est demandé à tout le clergé de l'église à travers le monde entier de se repentir et demander pardon, pour les crimes commis, connus ou pas connus, contre les enfants....

(En général dans l'histoire de l'église, ce sont les femmes et les hérétiques à qui on demandait de se repentir publiquement sous peine d'être brûlés sur le bûcher....c'est peut-être pour cela que les confessions publiques ont si mauvaise presse)

C'est quand même intéressant dans l'histoire juive comment étaient décrétés des jours de repentance collectifs et comment ces jours étaient vécus ...ils n'y allaient pas de main morte si l'on en croit cette histoire de Ninive où tout un pays s'est repenti après la prédication du prophète Jonas :

«  ils publièrent un jeûne, et se revêtirent de sacs, depuis les plus grands jusqu'aux plus petits La chose parvint au roi de Ninive; il se leva de son trône, ôta son manteau, se couvrit d'un sac, et s'assit sur la cendre. Et il fit faire dans Ninive cette publication, par ordre du roi et de ses grands; Que les hommes et les bêtes, les boeufs et les brebis, ne goûtent de rien, ne paissent point, et ne boivent point d'eau! Que les hommes et les bêtes soient couverts de sacs, qu'ils crient à Dieu avec force, et qu'ils reviennent tous de leur mauvaise voie et des actes de violence dont leurs mains sont coupables! "

Et effectivement, ils se repentirent ce qui fait que dans l'histoire, Dieu ne les punit pas...

Le problème c'est que confession et repentir ne sont pas la même chose, car les confessions quand elles sont forcées, parce qu'il y a scandale, n'impliquent pas un repentir, et s'il n'y a pas repentir, il n'y a pas de changement et...le pardon de Dieu est conditionnel au repentir de l'homme :

« si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, -je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays »

(Par contre, en ce qui nous concerne, le pardon envers autrui n'est pas conditionné par le repentir de la personne qui nous a offensé « pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés » elle vient du fait que l'on ait besoin aussi d'être pardonné, mais évidemment ce n'est pas le cas de l'enfant innocent...)

Bon, affaire à suivre....

À part ça, en fin d'après-midi, nous partîmes sur les chemins et la récolte fut abondante !

Un pas si mauvais dimanche après tout !

 

P.S Ici, la première phrase du confiteor : Je confesse à Dieu Tout-Puissant, je reconnais devant mes frères, que j'ai péché, en parole, par action et par omission; oui, j'ai vraiment péché.


 


 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments