Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Prier, à quoi ça sert?

le 14 juin 2018, Auvergne....

 

Il a fallu faire du feu, un 13 juin, car il faisait vraiment froid !

 

À part ça, prier qu'est-de que ça veut dire?

Moi qui me posais des questions sur la prière, hier soir je lis ce chapitre magnifique sur le sujet dans le livre du théologien juif Heschel qui du coup, change mon regard sur la question. Pour lui, la prière c'est un état d'esprit au cœur même de la croyance en Dieu : ce n'est pas un acte que l'on poserait, c'est une réalité première de la posture de celui qui croit....

Son chapitre par contre a un titre qui ne me branche pas particulièrement : La prière est un acte d'extase spirituelle ( spiritual exctasy). C'est le mot extase qui fait problème pour moi en français car il fait partie de tout un vocabulaire mystique qui me rappelle ces images de saints avec auréoles et sourire béat ce qui en faisaient des êtres désincarnés....par contre le mot en anglais  exctasy me fait penser à de la drogue....Mais bon à part ça, il dit des trucs extraordinaires :

« La prière c'est notre lien avec l'ultime [….] Dieu est le centre vers lequel tout converge. La prière est l'essence même du vivre spirituel »

Autrement dit, la prière n'est pas un acte isolé que l'on ferait à un moment donné suscité par un besoin ou un devoir, croire en Dieu, concrètement parlant, c'est entrer en contact avec lui, et entrer en contact avec lui, c'est prier. Mais il en déduit quelque chose d'intéressant :

« L'ídée de la prière est fondée sur le présupposé que l'homme a la capacité de s'adresser à Dieu et de présenter devant lui ses espoirs ses tristesses et ses désirs....nous ne croyons pas posséder un pouvoir magique pour parler à l'Infini ; nous sommes seulement témoins du miracle de la prière, du miracle que l'homme puisse s'adresser à l'Éternel....être en contact avec lui n est pas notre fait. C'est un don... »

Pour moi, en tant que chrétienne qui pense que la prière passe toujours par Jésus-Christ, l'intermédiaire entre Dieu et nous, je suis interpelée par ce théologien juif qui parle de ce droit, de cette capacité de s'adresser directement à Dieu qu'a l'être humain.... mais la question se pose ici si c'est aussi valable pour celui qui n'est pas juif : cette capacité vient-elle du fait de l'alliance que Dieu a fait avec Abraham ou est-elle donnée à tout le monde?.Heschel ne semble pas la restreindre seulement au peuple juif dans ce texte, même si le texte éte écrit pour un lecteur juif....Il en fait une caractéristique universelle de l'être humain...Il ajoute même quelque chose de très fort :

« Du privilège de prier vient la grandeur de l'être humain..c'est ce qui rend l'homme digne de respect , c'est ce qui rend sa vie sacrée et ses droits inaliénables. La dignité de l'homme ne dépend pas de ses connaissances, sa richesse, son savoir faire... elle vient de son droit à prier, sa capacite à adorer, à lancer vers Lui un cri qui puisse L'atteindre »

On en revient là à la Genèse : ce qui distingue l'homme de l'animal c'est que Dieu lui a insufflé son Esprit, qu'il a été crée à son image, et c'est pour cela qu'il peut converser avec Lui..

(Évidemment, il y a eu la chute, le moment où cette communication a cessé d'être harmonieuse...Mais il n'en a pas pour autant perdu la capacité de s'adresser à lui : la dignité avec laquelle Dieu l'avait crée n'était pas remise en cause..)

D'une certaine manière, il réaffirme ce que les scientifiques reconnaissent quand ils découvrent un site archéologique où il y a des vestiges d'un culte rendu à un dieu : ils savent qu'il s'agit d'un site qui a été habité par des êtres humains...car la reconnaissance de l'existence du divin, est le gage de leur humanité à part entière.

Prier, c'est comment ?

Peut-être que ce que j'ai aimé le plus dans ce chapitre est ce qui concerne le comment prier qui rejoint qu'est-ce que prier en réalité, il souligne que prier c'est tout simplement se tenir devant Dieu avec ses espoirs et ses regrets et s'attendre à être écouté et compris....comme dans le psaume 139 ( Éternel! tu me sondes et tu me connais,Tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée..ce psaume est magnifique...)

L'auteur cite cette phrase qui est dit-il classique de la littérature rabbinique et qui décrit la prière dans son plus simple élément : « Connais celui devant qui tu te tiens (sache qui est celui devant qui tu te tiens ».

C'est ça prier : Se tenir devant Dieu et se rendre compte devant qui on est, être conscient d'être en sa présence, et après...tout le reste suit naturellement...

Maintenant que j'ai lu cela, je me rends compte que ma question à quoi ça sert de prier, était complètement à côté de la plaque...prier pour un chrétien ( ou un juif en l'occurrence), c'est comme respirer, c'est une seconde nature, c'est reconnaître que Dieu existe et qu'on ne parle pas dans le vide, dans le néant.

« Vivre sans prier, c'est vivre sans Dieu ! »

Alors, pourquoi je m'en priverai !

P.S Voilà une grande partie du psaume déjà cité...ce que l'on découvre quand on se tient devant Dieu :

Eternel! tu me sondes et tu me connais,
Tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée;
Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies.
Car la parole n'est pas sur ma langue, Que déjà, ô Eternel! tu la connais entièrement.
Tu m'entoures par derrière et par devant, Et tu mets ta main sur moi.
Une science aussi merveilleuse est au-dessus de ma portée, Elle est trop élevée pour que je puisse la saisir.
Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face?
Si je monte aux cieux, tu y es; Si je me couche au séjour des morts, t'y voilà.
Si je prends les ailes de l'aurore, Et que j'aille habiter à l'extrémité de la mer,
Là aussi ta main me conduira, Et ta droite me saisira.
Si je dis: Au moins les ténèbres me couvriront, La nuit devient lumière autour de moi;
Même les ténèbres ne sont pas obscures pour toi, La nuit brille comme le jour, Et les ténèbres comme la lumière.
C'est toi qui as formé mes reins, Qui m'as tissé dans le sein de ma mère.Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes oeuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien.
Mon corps n'était point caché devant toi, Lorsque j'ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre.
Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m'étaient destinés, Avant qu'aucun d'eux existât.
Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables! Que le nombre en est grand!
Si je les compte, elles sont plus nombreuses que les grains de sable. Je m'éveille, et je suis encore avec toi.


 


 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments