Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

De la circoncision, du tatouage, de la scarification etc...

mardi 8 mai

Je reprends mon souffle

Nos invités sont repartis : moments de partage où ta présence était clairement au milieu de nous. Pour ces moments, merci ,..

Pas de « j'aurais dû » ou de « je n'aurais pas dû » après coup...Départ dans la sérénité sans comptes à régler plus tard...Tout propres pour la prochaine fois à la joie de se revoir !

 

Lecture : Genèse 17

Ça fait plusieurs jours que j'y pense à ce chapitre où se joue la fameuse histoire de la circoncision...tellement pleine de sens possibles qu'elle a fait couler beaucoup d'encre. J'ai envie de l'évacuer avant de passer aux histoires suivantes..

Pour moi, cette histoire de circoncision était d'abord associée à tous ces films de l'après-guerre où l'on voit que les enfants juifs cachés sont identifiés trahis par cette fameuse circoncision qui les condamne à la déportation .... Mais ça bien sûr ça ne s'est passé que bien longtemps après et je laisse à ceux ( rescapés et descendants) qui ont été victimes de cet holocauste mettre eux-mêmes le sens ou le non sens qu'ils veulent aux conséquences tragiques de cette marque identitaire.

Ce n'est plus tard qu'au contact de populations d'Afrique de l'Est que le thème prendra une autre dimension : pratiques à l'âge de la puberté dans beaucoup de cas, certaines liées aux croyances islamiques, d'autres rites de passage à l'âge adulte, la circoncision prend un caractère dramatique quand elle est transposée aux femmes que l'on écorche vivantes dans ces mutilations génitales où les jeunes filles sont coupées et ensuite recousues au prix d'une souffrance innommable et avec des conséquences tragiques...

Simplement à la lumière de ces autres pratiques, celle de la circoncision d'un enfant mâle à la naissance (8 jours) m'apparaît comme bénigne. Mais aussi, l'idée de marquer dans la chair, une appartenance à un groupe particulier, me semble compréhensible tellement elle est universelle...tellement universelle d'ailleurs qu'elle renvoie aux tatouages d'aujourd'hui...

Vouloir marquer dans sa chair qui on est au prix de douleurs intenses (cela fait toujours mal) c'est comme si on avait besoin de souffrir pour sentir que l'on existe vraiment...ce qui malheureusement devient une névrose dans cette pratique d'auto mutilation de jeunes femmes qui se font des entailles dans la peau quand elles ne vont pas bien...

Évidemment sur l'engouement pour les tatouages à notre époque. il y aurait beaucoup à dire (exhibitionnisme?) mais il est évident que l'interdiction qui est faite des tatouages dans l'ancien testament est clairement due à la question de l'appartenance : le tatouage serait preuve de l'appartenance à d'autres dieux mais aussi aux morts (ce que je n'avais pas remarqué à ma première lecture de ces versets après tout c'est vrai Dieu est le Dieu des vivants et pas des morts, lui appartenir c'est appartenir à la vie)

« Vous ne ferez point d'incisions dans votre chair pour un mort, et vous n'imprimerez point de figures sur vous. Je suis l'Eternel. …..: (Lévitique  19:28 « Vous êtes les enfants de l'Eternel, votre Dieu. Vous ne vous ferez point d'incisions et vous ne vous ferez point de place chauve entre les yeux pour un mort. Car tu es un peuple saint pour l'Eternel, ton Dieu; et l'Eternel, ton Dieu, t'a choisi, pour que tu fusses un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre » Deutéronome 14:1

En tous les cas, la signification ici est claire et c'est bien d'une question d'appartenance dont il s'agit et c'est pour cela que certains chrétiens qui aujourd'hui se font tatouer des croix mais aussi des versets bibliques sur la peau pensent ne pas tomber sous cet interdit car ils manifestent ou affichent même leur appartenance à Dieu...

(Maintenant ils pourraient avoir plus de problèmes avec l'État français car ce sont des signes religieux ostentatoires et au nom de la laicité...)

En tout cas ce qui m'a frappé au point de départ dans cette lecture, c'est que cette appartenance première à Dieu n'était pas ethnique ou raciale....car Abraham est censé circoncire aussi les étrangers qui vivent avec lui « tous ceux qu'il a acquis à prix d'argent » et même Ismaël né de l'esclave ou de la servante reçoit ce sceau de l'appartenance à Dieu...ce qui signifie qu'ils sont tous bénéficiaires de la promesse de bénédiction que Dieu prononce sur Abraham : libres, esclaves et étrangers.

Paradoxe du fait que dans cet acte fondateur du peuple d'Israël, expression pour certains du nationalisme naissant du peuple hébreu, cet acte inclut ceux qui devraient ne pas en faire partie....Embryon ou révélation plénière de l'universalité de cette alliance ouverte à tous dès le départ ?

Évidemment dans ce chapitre 17 où Dieu s'adresse à Abraham, ce n'est pas la circoncision qui est au centre mais l'engagement que Dieu prend envers Abraham et sa descendance auquel il lui demande de répondre.

Mais comme il se fait tard, ce soir je resterai sur ma faim...

Oups ! Il est minuit !


 


 


 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments