Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Savoir se déconnecter ou pas

Le mercredi 6 novembre

Il y a un an, on s'était réveillé avec la gueule de bois : les résultats de l'élection cauchemardesque de l'hurluberlu,l'occupant actuel de la Maison Blanche qui, malheureusement a tenu ses promesses quant à sa dangerosité, sa vulgarité, sa capacité à promouvoir la haine entre ses concitoyens, les intérêts des super-riches au détriment de ceux des pauvres et son incapacité à gouverner, nous avaient tous sonnés... Les résultats aujourd'hui sont plus encourageants et les journaux favorables aux Démocrates, comme le Washington Post, jubilent. Leur jubilation vient aussi du fait que pour la première fois on a une candidate « transgender » qui a été élue ( ça c'est un autre sujet sur lequel je ne veux pas m'étendre aujourd'hui) ce qui fera certainement grincer les dents à plus d'un...

Moi, si je suis contente, je ne jubile pas : en réalité je suis incapable de m'enthousiasmer vraiment pour les hommes ou les partis politiques, je suis trop consciente de leurs limites et ma foi chrétienne m'empêche de mettre ma confiance en eux. Et puis, il y a toujours dans leurs revendications des choses avec lesquelles je ne suis pas d'accord. Je me vois mal scander le nom d'un candidat dans les rues, surtout que j'ai surtout vécu dans des pays où n'étant pas citoyenne, ma voix ne comptait pas. Bien entendu, je ne suis pas contre descendre dans la rue (surtout quand l'ambiance est festive!) et je ne rechigne pas de participer aux manifestations de solidarité qui sont organisées quand l'occasion se présente, mais crier dans les rues ce n'est pas vraiment mon truc.

Comme beaucoup ici, je pousse surtout un soupir de soulagement avec le résultat de ces élections ce qui me permet de passer à autre chose, de retourner à ce que préconisait Voltaire ( oui, ce méchant Voltaire) quand il disait, « il nous faut cultiver notre jardin » Et dans ce domaine là, il y a toujours de quoi faire...Et pourtant, plutôt que de me replonger dans le « here and now » ou en quelque sorte de me mettre en situation de vie dans une attitude style, méditation de pleine conscience, je me plonge dans un livre

( Dimanche j'ai lu un hors série de Time sur la pleine conscience et vraiment ça m'a fait sourire...plus que sourire, ça m'a aussi énervé L'article parlait donc des origines bouddhistes de la pratique avec des tas de noms exotiques pour satisfaire notre fascination pour les religions orientales dont la mention de l'ancienneté entre autre, est un passage obligé (on est vraiment en plein dans l'orientalisme dénoncé par le livre célèbre d' Edward Said.... on se croirait en plein 19ème siècle...plus ça change et plus c'est la même chose) mais ce qui était amusant, c'était évidemment que c'était servi à la sauce occidentale pour être consommé par les professionnels branchés..ce qui fait qu'avec l'ancienneté, il y avait aussi une partie d'expertise scientifique sur comment notre cerveau se comportait et quelle partie était engagé pendant la dite méditation miraculeuse....

Miraculeuse car d'après cette revue, la méditation en question était le remède à tous les maux possibles et imaginables de la vie moderne en nous permettant de mieux dormir, mieux manger et mieux nous relaxer etc... et donc de faire face avec sérénité aux challenges de notre vie de travail, de notre vie amoureuse, de notre vie de famille etc.... Et pour preuve, il y avait les témoignages de personnes dont la vie avait été complètement changée grâce à cette pratique.

La liste de bienfaits de cette pratique, était tellement longue qu'elle m'a fait penser à cette notice qui accompagnait une tisane qui venait du Kenya et que nous avait apporté des amis. Quand on a commencé à lire les bienfaits homéopathiques de cette plante, tout vraiment tout y était mentionné : du diabète au cancer, en passant par les maladies cardiaques et en terminant avec les promesses de jeunesse éternelle sans oublier les effets aphrodisiaques...le vrai remède miracle, quoi !

Mais pour moi, le pompon c'est quand ils ont insisté sur le fait qu'un des moments obligés pour que réussisse cette méditation, c'était de passer du temps à dire..... merci ! Avoir un esprit de gratitude disaient-ils était bon pour la santé contrairement à se mettre en colère qui fait monter la tension et cause des tas de problèmes …. Vraiment ? quelle découverte, mon Dieu, je n'aurai jamais cru ! Ça valait le prix du magazine ?

De qui se moque-t-on : je me suis vraiment dit, n'importe quelle personne qui prie, dans n'importe quel couvent ou monastère de France et de Navarre, sait comment méditer et il y a depuis plus de 2000 ans dans les traditions chrétiennes d'orient et d'occident tout un foisonnement de textes sur la méditation pour écouter la voix de Dieu... Sans compter la tradition juive, avec les psaumes : lire et méditer sur un psaume, il n'y a rien de mieux pour se recentrer sur l'essentiel et en ressortir rénové...

Et puis, je n'ai pas fini ma diatribe,..... au lieu de dire que la méditation était pratiquée par toutes les grandes religions, ce qui aurait été plus juste , ils terminaient par dire que l'on pouvait adapter ces méditations au christianisme au judaïsme et à l'Islam, comme si chacune d'elles n'avaient pas sa propre tradition à elle tout aussi valable...mais bon ce n'est pas assez exotique...

Heureusement, je n'ai pas eu à acheter ce magazine pour le lire, j'étais dans une de ces librairies géniales où l'on peut s'acheter un café, et lire un magazine ou un livre que l'on peut remettre sur l'étagère avant de partir et sans avoir eu à l'acheter. En plus, bien entendu, il y a du wifi ! Bon je me suis défoulée...ça va un peu mieux maintenant)

Je continue mon voyage au Viet Nam que j'ai commencé avec la lecture du livre « Zénith » de Duong Thu Huong qui m'ouvre une autre porte dans ce monde inconnu. Même si le livre de souvenirs que j'avais lu la semaine dernière m'a intéressé, il n'y a rien de mieux qu' un roman, un bon roman pour nous ouvrir les portes d'un monde étranger et nous faire respirer son arôme. C'est un livre magnifique ( je l'ai lu en anglais mais je me demande comment serait le lire dans la traduction française) mais ce qui m'a frappé entre autres choses, c'est la pérennité du religieux dans la culture vietnamienne et surtout des coutumes qui ont trait aux morts et au culte des ancêtres. C'est étonnant, en dépit de toutes nos théories matérialistes sur l'humain comme l'homo religio reste au cœur de la vie des gens quelque soit le lieu où ils vivent quelque soit la culture dans laquelle, il sont baignés. Ça me frappe d'autant plus pour les pays qui sont passés par le communisme et qui aurait dû selon la rhétorique de l'époque, purger les gens de leurs superstitions religieuses grâce à l'éducation et les avancées scientifiques. Mais quand on en vient à la mort et aux coutumes funéraires, il n'y a pas de théorie scientifique qui tienne.

Il est temps d'apprendre à penser différemment dans les milieux intellectuels européens et surtout en France. On ne peut pas continuer à penser que le religieux est une anomalie, un reste d'archaïsme primitif qui résisterait à la modernité et à le reléguer à un compartiment à part, à un phénomène marginal qui viendrait d'une mentalité arriérée et dont l'être humain serait incapable de se débarrasser. C'est parce-qu'on s'est trompé là-dessus qu'on ne peut pas faire face au problème de l'islam radical car toute personne qui croit que Dieu existe est nécessairement suspecte ou ignorante... donc il suffirait de prêcher la laïcité dans les quartiers pour que le problème se résolve....

Tant qu'on continuera à mépriser celui qui croit, on passera à côté de la plaque... Il faut redéfinir le religieux lui donner une vraie place, un vrai sens : il faudrait une réflexion longue et raisonnée, pas un blog écrit au jour le jour...Et puis finalement ce que les gens lisent ce ne sont pas des essais mais des magazines hors série qu'ils prennent à la volée pour feuilleter entre deux trains ou deux réunions ou deux SMS....

En tout cas, Jésus il savait méditer, il savait se déconnecter, il savait s'éloigner,il savait se retirer et ce n'était pas un petit quart d'heure ici et là à la va-vite...Même s'il ne travaillait pas dans un bureau, n'était pas connecté 24 heures sur 24 avec l'Internet, être poursuivi par la foule jour après jour, une foule exigeante, pressante, qui lui posait des questions pièges et surtout qui demandait des miracles, c'était certainement épuisant …..de quoi avoir un burnout...Alors voilà, il passait son temps à essayer de s'échapper

« A cette nouvelle, Jésus partit de là dans une barque, pour se retirer à l'écart dans un lieu désert; et la foule, l'ayant su, sortit des villes et le suivit à pied.....Vers le matin, pendant qu'il faisait encore très sombre, il se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria (Marc 1:36 Quand il l'eut renvoyée, il monta sur la montagne, pour prier à l'écart; et, comme le soir était venu, il était là seul.(Mathieu 14:23) Dès que le jour parut, il sortit et alla dans un lieu désert....Une foule de gens se mirent à sa recherche, et arrivèrent jusqu'à lui... ils voulaient le retenir, afin qu'il ne les quittât point. Luc 4:42 En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu (Luc 6:12) Et lui, il se retirait dans les déserts, et priait.(Luc 5:16)
 

Bon, la journée est terminée et je n'ai pas pris le temps de méditer.....ni de prier, c'est pas sérieux...

 

 

 

 

 

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments