Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

La Toussaint, Halloween, el día de los muertos, obon(お盆) , la mort et la vie

Lundi 30 0ctobre, de retour ici

Demain c'est Halloween....

Avec tout ce que cela signifie ici et toutes les polémiques que ça suscite dans les milieux religieux chrétiens ( qu'il ne faut surtout pas y participer car c'est démoniaque) Peu ici savent que cela vient d'un fête religieuse, (la Toussaint) ce qu'indique le mot qui vient du vieil anglais « All Hallow » (tous les saints) qui est devenue une fête païenne à un moment donné et pas très cool par certains aspects (avec le thème de la mort, les films d'horreur, jusqu'aux rites sataniques) mais aussi bon enfant par d'autres (les déguisements de toutes sortes pour les enfants qui vont quémander des friandises chez les voisins)... et dont la vraie de vraie origine ( en tout cas de la Toussaint) selon certains, remonterait à des vieilles fêtes romaines,et à des rites liés au changement de saison, mais pas chrétiens du tout! Alors peut-être que la boucle est bouclée...

C'est intéressant comment ces fêtes se transforment, à travers les siècles et aussi selon les pays quand elles sont célébrées..

( En Colombie, ça s'appelait « el día de los niños » et ils récitaient mi en anglais, mi en espagnol un refrain qui était d'autant plus amusant qu'ils prononçaient en roulant les r la partie en anglais qui est supposé être : trick or treat ( je vous laisse aller sur l'internet pour trouver votre traduction de cette expression) …..En tout cas en espagnol les enfants disaient :« triki triki halloween, dame dulces para mi, si no me das te corto la nariz... »(donne moi des bonbons, sinon je te coupe le nez)

Je me souviens surtout que c'était les enfants des rues qui venaient frapper aux portes et qui me faisaient toujours mal au cœur car leur déguisement était très rudimentaire, un vêtement troué ou un chapeau percé...en tout cas c'était pour eux l'occasion de mendier d'une manière un peu plus acceptable que d'habitude et ça permettait aussi de faire croire qu'on leur donnait quelque chose non parce-qu'il étaient pauvres mais parce-qu'il étaient des enfants...un peu d'humanisme retrouvé pour le temps d'une soirée)

 

En tout cas, ces fêtes populaires suscitent souvent bien des enjeux selon ce que l'on veut prouver ou encore contester. On trouve toujours des origines païennes à toutes les fêtes chrétiennes si on veut prouver que finalement le christianisme n'a rien inventé, et qu'on a le droit de fêter Noël par exemple sans mentionner la naissance de Jésus car le 25 décembre finalement avant d'être la commémoration de la naissance de Jésus, c'était une fête romaine, ou celle des druides ou le solstice d'hiver... Mais les chrétiens entre eux ne sont pas non plus en reste pour les polémiques autour des fêtes, les symboles des uns étant considérés comme anathèmes pour les autres...comme la crèche ou le sapin car ce serait leur rendre un culte que de les avoir chez soi) !

Mais Halloween ici, n'a pas de prétention de fête chrétienne ( au contraire!) avec ces citrouilles que l'on découpe en forme de visage avec une lumière à l'intérieur et que l'on trouve dans tous les jardins mais surtout avec les enfants déguisés qui se promènent dans les rues du voisinage. La polémique tourne autour des déguisements de sorcières et autres figures pas très sympas...alors pour rechristianiser tout cela, les églises organisent des fêtes pour les enfants où ils peuvent se déguiser mais en quoi? vous l'aurez peut-être deviné.... en personnages de la bible, bien entendu!

En fait la préoccupation majeure pour les enfants par les temps qui courent ce sont les personnes malintentionnés, type déséquilibré, qui pourraient donner aux enfants des bonbons empoisonnés ce qui est arrivé, c'est pour cela qu'en général, non seulement les parents accompagnent les enfants mais ne vont jamais chez des inconnus. Mais dans les quartiers qui craignent, et où les enfants ne sont pas surveillés, les fêtes de Halloween peuvent être vraiment dangereuses. Malgré toutes les consignes de sécurité données aux parents dans tous les médias, toutes les années il y a des accidents à déplorer et aussi des blagues qui finissent en drame chez les adolescents...

Comme j'étais à Washington, samedi soir, j'ai pu observer dans le métro et aussi sous ma fenêtre le soir des couples déguisés qui allaient à une fête de Halloween. Washington étant une ville très politisée, chaque année, il y a toujours des déguisements d'hommes politiques aux soirées mais il faudra attendre après le 31 pour savoir si la figure du président actuel va être le masque de prédilection pour cette soirée d'horreur ...

 

En fait, concrètement parlant, il faut que demain j'aie sous la main, des bonbons ou autres sucreries pour donner aux enfants, en tout cas de ma voisine s'ils viennent me voir...J'ai l'intention de faire des cookies parce-que je fais partie de ces rabat-joie qui croient que les bonbons ne sont pas bons pour les enfants et j'essaie de leur donner quelque chose de moins sucré pour mettre dans leur sac ou leur panier. Moralité, il faut que j'y pense avant demain et c'est pour ça que j'écris sur Halloween, un jour avant ! Au moins comme je ne suis pas en ville, je ne risque pas d'avoir à ma porte un défilé d'enfants...

Même si ce n'est que demain, comme je suis sur le thème d'Halloween, autant continuer sur ma lancée....Si la fête en question est exploitée à fond par les commerçants et s'est mondialisée ( elle a fait son apparition en France avec les mêmes symboles ce qui m'a fort étonnée l'année dernière quand j'étais là à cette époque) en tout cas la fascination pour les morts est universelle. La version mexicaine de la Toussaint  « el día de los muertos » en est  l'illustration : c'est une fête où l'on consomme allègrement crânes et squelettes en sucre mais aussi où l'on offre des offrandes aux âmes des morts dans un syncrétisme religieux, chrétien et indien étonnant qui a donné naissance à une fête populaire et joyeuse où l'on prie, l'on boit et l'on mange beaucoup! Mais même au lointain Japon on fait aussi la fête pour les morts aux environs du 15 août quand on invite les ancêtres à revenir chez soi (le festival Obon) et on les fait repartir après quelques jours, dans des lampions que l'on met sur les rivières et qui symbolisent leur retour au monde des morts ( et qu'est-ce qui se passe s'ils ne veulent pas retourner ai-je demandé une fois?) .

La fascination pour les morts n'est donc pas l'apanage d'une seule culture, ( la mode des zombie en est une autre indication) elle est une des marques de l'humanité, el homo religio  et c'est une fois de plus  ce qui nous distingue des animaux : quelque soit le nom qu'on lui donne, l'âme ou l'esprit, ce plus qui nous fait croire en notre immortalité quand la nature tout autour de nous, proclame le contraire...comment l'expliquer autrement.

 

Après la mort, qu'est-ce qu'il y a ? qu'est-ce-que l'on devient ? Où va-t-on ? Même les chrétiens ne s'accordent pas sur les scénarios de l'immédiateté de la présence de Dieu au moment de la mort, ni de la résurrection, ni du jugement dernier, ni de ceux qui sont partis avant nous. Chacun a sa théorie sur la question...

 

Et moi ? Je ne cherche pas à savoir, sinon je n'en finirai plus : j'en ai tellement entendu de vérités et contre-vérités!

La foi me suffit parce-qu'il n'a rien d'autre!

La foi en Jésus-Christ, je ne m'aventure pas au-delà...

 

« Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort , et quiconque vit et croit en moi ne mourra pas, tu crois cela ?»Jean 11:25-26

Je suis bien obligée : j'ai fait le pari de Pascal !

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments