Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog
simone-over-blog Vivre la foi chrétienne au quotidien ici et ailleurs: réflexions , réactions et méditations en chemin.

Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles

lundi 25 septembre, lieu : on est vraiment à la campagne!

Pas d'eau : ça c'est pas cool !

En revenant de la gym, j'ouvre le robinet et un petit filet d'eau coule. Je sais ce que ça veut dire : on vit à la campagne et la ferme est alimentée par un puits avec une pompe électrique pour acheminer l'eau dans les tuyaux, mais aussi les canalisations qui permettent l'alimentation des différentes maisons qui s'y trouvent sont anciennes et doivent être remplacées...

Du coup je me rends compte comme l'imprévisible fait partie du quotidien et comme l'eau est un ingrédient indispensable à notre vie. En tout cas, aujourd'hui son manque bouleverse tous mes plans !

Pourtant, être sans eau courante, j'ai connu ça et je me souviens de toutes les stratégies auxquelles j'avais fait appel pour essayer d'économiser l'eau au maximum: réutiliser l'eau de vaisselle pour les toilettes, me faire une toilette de chat avec à peine une casserole d'eau, me laver les cheveux très occasionnellement …. et dans ces moments là chaque fois je me promettais que quand j'aurai de nouveau de l'eau courante à volonté, je ne la gaspillerai plus  : je ne la laisserai pas couler comme ça dans le lavabo sans l'avoir mise dans un récipient et au moins utilisée deux fois !

Malheureusement quand l'eau revenait si je faisais attention au début, peu à peu, je me disais que finalement, je ne gaspillais pas autant que les autres et le peu que je faisais était suffisant. Si je n'oublie pas qu'avoir de quoi manger est une chance que tout le monde n'a pas, j'oublie que l'eau courante ou même l'eau potable est vraiment un luxe. C'est étonnant comme on oublie vite quand le normal reprend ses droits, et toutes les belles promesses que l'on se fait tombent à l'eau... !

Où je vis maintenant, malgré tout, c'est normal d'avoir de l'eau courante, donc, c'est normal de la gaspiller : elle n'est pas une matière précieuse. C'est normal pour une femme de ne pas avoir à aller tous les jours puiser de l'eau et de ne pas avoir à faire cette corvée quotidiennement. Même dans mon petit village d'Auvergne, c'était le cas il y a à peine 50 ans, et les fontaines sont là pour témoigner de cette nécessité journalière. On peut encore trouver des femmes qui se souviennent comment c'était d'aller au puits tous les jours et pour qui il n'y avait rien de plus normal. Certaines avec qui j'en ai parlé m'en ont décrit des scènes presque idylliques : le puits ou la fontaine était un endroit où tout le monde se retrouvait et où l'on bavardait avec plaisir alors que maintenant avec la télévision et l'Internet, les gens restent chez eux et ne se parlent plus : la vie du village est morte !

Je me méfie moi de ces récits idylliques du passé : ils sont idylliques parce qu'ils sont passés. Au jour le jour, quand il faisait froid surtout, ou quand on était enceinte de 8 ou 9 mois, ce n'était pas si génial que ça de devoir porter ses lourds seaux d'eau, et la convivialité évoquée n'était certainement pas aussi merveilleuse que ça : il y avait à l'occasion de ces rencontres, des racontars, des commérages, toute sorte de paroles malveillantes avec leur lot de querelles et de jalousies.

Finalement, la dame en question m'a quand même avoué qu'il y avait des femmes du village avec lesquelles on ne voulait pas se voir, alors on y allait aux heures où l'on ne pouvait pas les rencontrer....comme pour la Samaritaine dans le récit des évangiles où elle était toute seule à puiser de l'eau quand Jésus lui a demandé de lui donner à boire : c'était une femme de mauvaise vie et avec laquelle personne ne voulait s'associer !

Et dans tous les villages, de France et de Navarre, mais aussi dans ceux de bien d'autres ailleurs, il y a toujours une ou deux femmes de mauvaise vie, si l'on interroge les gens, même dans ces lieux où apparemment c'est la bien-pensance qui règne. Des femmes de mauvaise vie, prostituées, « sex workers »comme on les appelle dans les ONG, on en parle sans ambages dans les récits de la Torah et les évangiles en continuent la tradition. Jésus en tout cas ce n'est pas privé de leur parler ! Pour moi, c'est une preuve que les ces livres sont bien basés sur du réel et ne sont pas des histoires inventées pour des benêts et les gens crédules ou bien pensants des beaux quartiers.

Il y aurait beaucoup à dire là-dessus mais aussi sur l'importance de l'eau aujourd'hui et bien d'autres sujets encore qui jaillissent au fur et à mesure que l'on écrit ou qu'on se met à réfléchir un peu... mais on ne peut pas tout dire à la fois, sinon on y passerait la journée !

Ce que moi, je retiens aujourd'hui c'est l'imprévisibilité du présent ou de l'avenir immédiat quand il s'ouvre devant nous et de la sérénité avec laquelle on peut l'aborder parce qu'il est entre les mains de Dieu. Mais encore plus que cela, c'est la nécessité de recommencer tous les jours : rien n'est jamais acquis une bonne fois pour toutes, il faut avancer si on ne veut pas reculer, on ne peut pas rester immobile : sinon on piétine ou on trépigne.

Et c'est cela que Jésus nous offre tous les jours : recommencer à zéro, recommencer grâce à son pardon constamment renouvelé, recommencer sans croire que l'on a des droits à cause de ce que l'on a pu faire hier de noble ou de généreux. On se retrouve tous au même point quand on entame une journée, une semaine ou une année nouvelle, devant Dieu. C'est une promesse qui nous est offerte:

« Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » dixit Paul dans 2 Corinthiens 5:17

Faut-il encore la vivre ! :

O Dieu! crée en moi un coeur pur, Renouvelle en moi un esprit bien disposé (psaume 51:10)

 

P.S Finalement, le problème de l'eau n'était pas si grave que ça : c'était causé par un truc assez simple mais auquel je ne comprends rien. C'est bien d'avoir un homme qui y comprend quelque chose à ce genre de choses ! Vive ceux qui n'ont pas le bac +10 !

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comments